Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Eclairage

La police face aux "terroristes" de la manif pour tous

29 Mars 2013, 11:50am

Publié par Simon Duplessis

 

Gloria TV.

Merci à Anne

 

Choisis ton camp camarade.  par Paul THORE

 

La manifestation de dimanche dernier fut une incontestable réussite. Réunir plus d’un million de personnes dans les rues de Paris, une deuxième fois, alors que le système médiatique avait organisé un silence quasi total sur cette manifestation relève du véritable exploit. Et cette réussite est bien moins due à l’insupportable Barjot et ses sbires UMP qu’au Peuple de France qui, ce dimanche 24mars 2013, s’est levé contre un système voulant lui imposer par la force une nouvelle loi inique.

Qu’elle était belle cette journée ! Les drapeaux de nos provinces flottaient au vent et cette immense foule venue de la France entière prenait possession du pavé parisien. Il y avait quelque chose de magique : déambuler dans les rues de Paris avec autour de soi des visages souriants, amicaux, joyeux, des visages qui nous ressemblent. Des femmes, des enfants, des adolescents, des anciens, des hommes d’âge mûr… un concentré magnifique de notre Peuple. Pour nous, Français de ce début de XXIesiècle qui sommes noyés quotidiennement dans le cosmopolitisme le plus noir, il était exaltant et fascinant de marcher au milieu d’un bon million de vrais Français, blancs et catholiques en plein Paris! Ce jour-là, on pouvait sentir, on pouvait palper l’âme de la France éternelle!

Voilà pour le côté positif de cette journée, explorons maintenant le côté sombre, la haine et la bêtise qui ont fait face au doux Peuple de France. Je sais que les lignes qui vont suivre choqueront certains mais elle doivent être écrites. Il n’y a pas de mots assez forts pour condamner l’attitude violente et disproportionnée des forces de l’ordre républicain ce jour-là. Les policiers et les gendarmes, qui ont gazé des poussettes et des vieillards, matraqué à coups de tonfa des femmes et des enfants, sont des porcs ! Ces actes odieux appellent vengeance sur ceux qui les ont commis.

Mais ce qui rend leur crime encore plus insupportable au nationaliste que je suis, c’est que je sais que la plus grande majorité de ces porcs appartiennent à ce que l’on appelle la « droite nationale ». Il fallait les voir, ces crétins au crâne rasé et au menton mussolinien, contents d’avoir tabassé de jeunes Français qui pourraient être leurs frères ou leurs cousins. Il fallait les voir, ces robocops hautains, expliquer à une vieille dame qu’ils avaient des ordres et que c’est pour cela qu’ils avaient gazé son pauvre mari. Il fallait les voir, ces jeunes gendarmes mobiles avec leurs gueules de fafounets, fiers de défendre la république maçonnique et sodomite… La Gueuse ne recrute pas ses gardes du corps chez Mélenchon ou à la LCR. Ainsi, ce sont de « bons fafs » et autres électeurs du Front National qui font le sale boulot du socialiste franc-maçon Valls !

C’est pourquoi il est scandaleux et politiquement criminel que chaque année de jeunes militants nationalistes s’engagent dans la gendarmerie ou la police.

SUITE

Voir les commentaires

Ne nous trompons pas de combat !

27 Mars 2013, 17:33pm

Publié par Simon Duplessis

Sans avoir lu auparavant le texte suivant, j'ai finalement partagé les mêmes impressions que celles de Ph. Ploncard d'ASSAC. Le ras le bol du peuple face à la secte au pouvoir nous rappelle les événements du  6 février 1934. Les circonstances ne sont pas identiques  mais les forces en présence sont les mêmes qu' il ya 80 ans.

 

COMMUNIQUÉ DES CERCLES NATIONALISTES FRANÇAIS DU 26 MARS 2013-03-26  

 

La manifestation contre le mariage homosexuel a été un triomphe en dépit d’une nouvelle ponction sur le portefeuille des familles venues avec leurs enfants. En outre contrairement aux manifestants homosexuels montés à Paris du 27 janvier, ils n’ont pas bénéficié de tarifs de faveur, le patron de la SNCF étant comme on le sait des leurs.  

Lorsque l’on réunit tous les documents et témoignages sur le déroulement de la manifestation, on ne peut que constater :

1° Le mensonge du ministère de l’Intérieur, sur le nombre dérisoire de manifestants annoncés officiellement, 300.000, alors que l’on sait par des indiscrétions des services de police, que les photos prises par hélicoptère, avaient compté au bas mot 1.800.000 manifestants. Question : Pourquoi ces vues aériennes ont elles été confisquées, si ces chiffres sont faux … ?! Le mensonge sur le nombre de manifestants du 23 mars, est encore plus flagrant qu’à l’occasion de celle du 13 janvier avec 400.000 manifestants avoués alors que le million était largement dépassé. M. Valls de ce fait, apparaît savoir mieux mentir, que protéger les citoyens, comme en témoigne la progression de la criminalité impunie dont le dernier avatar aura été la prise d’assaut du RER B à Grigny …  

 

2° Le dénie de la plus élémentaire démocratie de la part de ceux qui se proclament démocrates, refusant l’évidence des chiffres de toute une population hostile au projet du mariage homosexuel, par rapport à l’infime minorité militante homosexuelle. Ce déni de démocratie, aggravé par le refus d’organiser un référendum sur le sujet qui du fait de cette levée en masse devrait permettre, dans leur prétendue logique démocratique, de peser l’opinion publique sur ce problème de société.

 

3° Le recours aux gaz lacrymogènes y compris sur des familles avec des enfants en bas âge, ou des vieillards, y compris sur des représentants du peuple comme la malheureuse Christine Boutin. De plus, comme lors des manifestions envers des pièces de théâtre blasphématoires à Paris  car de CRS (Compagnie républicaine de sécurité), les prétoriens de la République maçonnique, a sciemment écrasé une manifestante comme on le voit sur plusieurs photos. Cela démontre à quel point ce pouvoir se trouve débordé et prend peur.   Le précédent du 6 février 1934 est encore dans les mémoires. Le peuple de France qui manifestait déjà contre les scandales financiers de la IIIème République et le vol de leurs économies, fut mitraillé pour que les abus des prétendus représentants du peuple perdurent.  

 

Aujourd’hui, nous nous trouvons devant un contexte qui non seulement rejoint le motif de 1934, mais comporte une dimension idéologique philosophique qui va aboutir au bouleversement et à l’inversion de la société par refus satanique de l’ordre naturel, auquel croyants comme non-croyants, adhèrent.   Nous sommes devant une lutte à mort entre un pouvoir aux ordres des lobbies (1) qui veulent bouleverser la société, pour mieux avilir l’homme et le domestiquer, et ceux qui conscients du processus réagissent devant cette nouvelle révolution dite française.   Le combat est politique, pas seulement contre les socialistes, mais contre les lobbies qui tiennent tous les partis, car cet aboutissement d’aujourd’hui, n’est que la suite d’un long processus, commencé à la Révolution dite française, jusqu’à De Gaulle, Giscard d’Estaing, Chirac, Sarkozy et François Hollande (2).   Nous devons réimposer les principes constitutifs de la société et de la nation, contre les faux principes de 1789, dont la pourriture politique et l’inversion voulue de la société, n’est que l’aboutissement. Philippe Ploncard d’Assac   Président des Cercles Nationalistes Français   (1) P. P. d’Assac - La Maçonnerie. SPP. 35 € (2)    ‘’         ‘’       - Évolution de la société ou complot contre la société ? SPP, 18 €     Société de Philosophie Politique BP 30030 ; 83952 La Garde cedex

Voir les commentaires

Quelques réflexions sur le 24 mars

27 Mars 2013, 06:00am

Publié par Simon Duplessis

  http://www.francetvinfo.fr/image/74vqr6ndz-696a/570/320/1781927.jpg

 

 

Tout a été dit sur cette journée mémorable du 25 mars,  en particulier sur l'excellent Salon beige.

Chacun fait son bilan. Personnellement , je retiendrai quelques points:

 

1/ l'immense espérance qui a saisi les participants à cette grandiose manifestation où l'on pouvait palper une ferveur et une détermination sans faille . Tout le monde est prêt à aller plus loin s'il  le faut.

 

2/ Les mensonges du gouvernement.

Nous étions beaucoup, beaucoup, beaucoup plus nombreux que les 300 000 annoncés par la PPP . La plupart du temps nous étions coincés comme des sardines  ( 4 par m²) et il a fallu ouvrir les barrières pour ne pas se faire piétiner.

Nier l'évidence , c'est mépriser le peuple français venu manifester pacifiquement.

Par ailleurs,la police de Valls a cherché délibérément  les conditions d'un déclenchement de la violence afin de discréditer la manif pour tous en lançant du gaz lacrymogène sur des braves gens qui n'avaient rien demandé à personne.

 

3/Le gouvernement a peur.

Il est prêt à tout ; prêt à mentir de façon éhontée, prêt à gazer des femmes et des enfants. Demain, à tuer ? comme le 6 février 34  ?

 

4/  L'imposture des politiques et des medias n'a trompé personne.

Les Raffarins et consorts de l'UMP sont venus à la soupe pour récupérer des voix. Les medias (Le Monde, le parisien, Huffington Post, etc) quant à eux ont relayé la désinformation gouvernementale; on se demande s'il reste des journalistes dignes de ce nom dans notre pays.

La manifestation est sans nulle doute  largement infiltrée par la secte maçonnique. On voit bien que Frigide a voulu écarter toute référence religieuse ou nationaliste : ses mots d'ordre se veulent "républicains".

 

Si demain dans nos slogans, on dénonçait la secte maçonnique au pouvoir depuis 200 ans,et si demain , au lieu de chanter la Marseillaise, 2 millions  de manifestants se mettaient à entonner un "je vous salue Marie ? ", alors là, nous aurions véritablement gagné !

Voir les commentaires

Drumont aujourd'hui

20 Mars 2013, 06:34am

Publié par Simon Duplessis

http://www.dreyfus.culture.fr/upload/m_file/256_1135_image_ap_drumont_na237-01219-2.jpgAntenne 2 a programmé hier soir un mauvais téléfilm sur Drumont. Voici un exemple parmi tant d'autres de ce que l'on peut lire à ce sujet ( tv figaro)

 

Le journaliste et polémiste, qui fonda toute sa carrière sur son antisémitisme féroce, apparaît comme un homme de lettres raté. Un poète frustré qui réalise ses rêves de célébrité en donnant libre cours à sa haine. Reste à comprendre pourquoi un tel individu, auteur en 1886 de La ­France juive, un livre nauséabond tiré à 60 000 exemplaires en une année, a ­obtenu un tel succès.

On notera d'entrée de jeu le terme "nauséabond" quasi symptomatique de l'axe du bien quand il veut s'attaquer à la "bête immonde". Quant à l'homme de lettre raté qui a fait un tel tirage avec ce livre, que dire d'un BHL ! ?

Pourtant il faut avoir lu la France juive pour s'apercevoir que ce livre n' a pas pris une ride. De Panama à  l'affaire Madoff en passant par Stavisky, le français moyen est en mesure  de se poser quelques questions sur le rôle du lobby sans nom. De fait, s' il s'intéresse de près aux initiateurs des attaques contre notre civilisation en terme de moral, de culture, d'identité nationale, il trouvera souvent la marque du cosmopolitisme. A l'époque " La France juive" venait confirmer son impression initiale de façon judicieuse. C'est cette conjonction entre l'intuition du quidam et l'analyse fouillée de l'écrivain qui a fait le succès du livre hier, comme il fait celui de l'humoriste Dieudonné aujourd'hui malgré les pressions qui s'exercent sur lui via les organisations institutionnalisées que nous connaissons aujourd'hui.

 

Bernard Lazare, souvent cité dans le téléfilm, disait lui même à propos de son livre " de L'Antisémitisme, son histoire et ses causes":

Je n'approuve pas l'antisémitisme, c'est une conception étroite, médiocre  et incomplète, mais j'ai tenté de l'expliquer. Il n'était pas né sans causes, j'ai cherché ces causes. Ai-je réussi à les déterminer ? C'est à ceux qui liront ces pages d'en décider.

Il m'a semblé qu'une opinion aussi universelle que l'antisémitisme, ayant fleuri dans tous les lieux et dans tous les temps, avant l'ère chrétienne et après, à Alexandrie, à Rome et à Antioche, en Arabie et en Perse, dans l'Europe du Moyen Âge et dans l'Europe moderne, en un mot, dans toutes les parties du monde où il y a eu et où il y a des Juifs, il m'a semblé qu'une telle opinion ne pouvait être le résultat d'une fantaisie et d'un caprice perpétuel, et qu'il devait y avoir à son éclosion et à sa permanence des raisons profondes et sérieuses."

 

 

Plutôt que de vilipender Drumont sans le connaître, relisons une partie de son introduction de la France juive. Comment ne peut pas évoquer le monde contemporain , la crise économique actuelle et le rouleau compresseur journalistique qui nous lave conscieusement le cerveau.

 

Aujourd'hui, grâce au Juif, l'argent auquel le monde chrétien n'attachait qu'une importance secondaire et n'assignait qu'un rôle subalterne est devenu tout puissant.

La puissance capitaliste concentrée dans un petit nombre de mains gouverne à son gré toute la vie économique des peuples, asservit le travail et se repaît de gains iniques acquis sans labeur.

Ces questions, familières à tous ceux qui pensent en Europe, sont presque inconnues en France. La raison en est simple. Le Juif Lassalle lui-même a constaté combien était mince le fond intellectuel de la bourgeoisie dont les opinions sont fabriquées par les gazettes. « Celui qui lit aujourd'hui son journal, écrivait-il, n'a plus

besoin de penser, d'apprendre, d'étudier. Il est prêt sur tous les sujets et se considère comme les dominant tous. » Il y a soixante ans que Fichte, dans une espèce de vision prophétique qui n'omettait aucun détail, a peint ces lecteurs « qui ne lisent plus de livres, mais seulement ce que les journaux disent des livres, et à qui cette lecture narcotique finit par faire perdre toute volonté, toute intelligence, toute pensée et jusqu'à la faculté de comprendre....

 

Mon livre se rattache à tous les travaux tentés sous des formes différentes, par les psychologues et les romanciers, par les critiques et les chroniqueurs au jour le jour, par les Daudet, les Goncourt, les Zola, les Bourget, les Claretie, les Platel, les Scholl, les Maupassant, les Uzanne, les Bonnières, les Fournel, pour peindre ce monde  qui change en quelque manière à vue d'oeil. Chacun a le pressentiment d'un immense écroulement et s'efforce de fixer un trait de ce qui a été, se hâte de noter ce qui demain ne sera plus qu'un souvenir.


Ce qu'on ne dit pas, c'est la part qu'a l'envahissement de l'élément juif, dans la douloureuse agonie d'une si généreuse nation, c'est le rôle qu'a joué, dans la destruction de la France, l'introduction d'un corps étranger dans un organisme resté sain jusque-là. Beaucoup le voient, en causent à table, s'indignent de rencontrer partout des Sémites tenant le haut du pavé, mais ils aiment la paix et, pour des causes multiples, évitent de coucher leurs impressions sur le papier.


Il eût été plus sage, peut être, d'imiter cette prudence, mais je me souviens que saint Jean range les timides parmi ceux qui peuplent l'abîme infernal et ne regrette pas d'avoir publié ce livre.

Combien de fois m'est-il arrivé, après quelque séance dans une bibliothèque, de songer à un écrivain dont l'ouvrage, souvent inconnu, m'avait donné la révélation du passé, bien fait voir, bien expliqué un point d'histoire énigmatique !


Ce guide revivait vraiment pour moi, il était immortel, l'image que je me faisais de ce contemporain des jours disparus cheminait quelque temps avec moi à travers les rues de Paris. Mon livre, mal apprécié dans le présent, me vaudra plus tard quelque ami qui, lui aussi, pensera à moi, il me saura gré de lui avoir bien fait comprendre comment cette France, la terre des lys, le royaume au manteau bleu comme l'azur du ciel, s'est laissé enjuiver, affubler de la loque jaune.


Je ne me dissimule pas cependant les imperfections de mon travail, imperfections qui tiennent à plusieurs causes.

Tout d'abord l'œuvre latente du Juif est très difficile à analyser, il y a là toute une action souterraine, dont il est presque impossible de saisir le fil. Henri Heine l'a dit très justement : Les faits et gestes des Juifs, ainsi que leurs moeurs, sont choses inconnues du monde. On croit les connaître parce qu'on a vu leur barbe, mais on n'a vu d'eux que cela, et, comme au Moyen Age, ils sont toujours un mystère ambulant. »


En outre, l'histoire écrite ainsi en présence des événements a des inconvénients si elle a des avantages, elle donne l'accent précis et comme le rythme des faits, elle constitue le plus précieux des témoignages pour l'avenir. En revanche, il lui manque les documents que les chancelleries ne livrent que lorsque le temps a fait de la poussière des hommes et des passions d'une époque. Semblable à ces bâtons sigillaires ui contenaient chacun un fragment d'un acte ou d'une lettre, et qui, en se rejoignant, servaient comme d'un irrécusable témoignage, l'histoire définitive ne se constitue que par rapprochement des documents d'un pays, avec les documents d'un autre pays.


C'est un simple classement préparatoire, je le répète, que j'ai voulu tenter. Qu'on ne cherche point dans cet ouvrage les Mémoires secrets de la troisième République, quoique les écrivains juifs aient pénétré sans cesse dans la vie privée de tous pour les déshonorer, et que tout soit permis contre eux, je ne suis pas organisé pour les imiter, j'ai pris simplement, pour le passé, les documents historiques, pour le présent, les faits divers, les faits publics, évidents, racontés dans tous les journaux.

C'est dans la rue que je vous propose de regarder, en apportant seulement à cet examen la réflexion qui aide à tirer un enseignement du moindre détail, le bon sens du patriote qui cherche à se rendre compte du lamentable état dans lequel est tombé son  pays.

En réunissant dans cette étude des raisons et des causes tout l'effort de notre travail et de notre bonne volonté, nous mériterons que ceux qui viendront après nous disent de nous : « Ils n'ont rien pu empêcher, sans doute, mais ils ont bien discerné les sources du mal, et ils les ont signalées avec intelligence et courage, ils n'ont été traîtres ni envers Dieu, ni envers la Patrie, ils n'ont été ni imbéciles, ni lâches. »

Que de gens, aujourd'hui en belle situation, dont la Postérité ne pourra pas dire autant !

8 décembre 1895

 

Aujourd'hui, avec les Adler, Attali, BHL, Cohn-Bendit, DSK, Elkabach, Kahn, Miller, Slama , Timsit et tous ceux qui façonnent l'opinion où dominent la finance mondiale, Drumont pourrait faire le même bouquin.

Voir les commentaires

Tous à Paris le 24 !

20 Mars 2013, 06:24am

Publié par Simon Duplessis

Il faut toujours prier comme si l'action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante.

Sainte Thérèse de Lisieux

 

Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon, Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Mgr Dominique Rey évêque de Fréjus et Toulon et Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes, lancent un appel à la mobilisation pour dimanche prochain, afin de défendre le mariage.

« Aujourd’hui, chrétiens et non-chrétiens se trouvent confrontés, dans notre pays, au projet de loi instaurant un “mariage homosexuel”. Celui-ci viendrait bouleverser profondément les fondements naturels qui structurent, avec un juste équilibre, les sociétés humaines, en privant de surcroît, les enfants du droit à être naturellement élevés par leur père et leur mère.

Un document de la Congrégation pour la doctrine de la foi, daté de 2003 et signé de la main du cardinal Ratzinger, appelait déjà les catholiques et les hommes de bonne volonté à s’opposer avec courage, à la légalisation du “mariage homosexuel”.  [...]

En conséquence, face à la possible promulgation d’un tel projet de loi qui ne peut que nuire à l’harmonie sociale, nous appelons les catholiques de nos diocèses à se retrouver le 24 mars prochain sur les Champs-Élysées pour faire entendre leur voix à ceux qui, jusque-là, refusent d’écouter. Une foule immense est attendue.

Pour permettre au maximum de fidèles de se rendre à Paris, de nombreuses paroisses se sont déjà adaptées pour ajuster les horaires des messes de ce dimanche des Rameaux.

Notre montée vers Pâques de cette année prend un aspect bien particulier. La providence nous guide et nous accompagne vers la lumière de la résurrection. »

Voir les commentaires