Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Pouvoir d'achat et croissance

2 Décembre 2007, 09:09am

Publié par Grégoire

Croissance, pouvoir d'achat , la responsabilité est bien à chercher au niveau de l'Etat :
 
 
Lorsque notre cher Président disait et redit "je veux être le Président de l'augmentation du pouvoir d'achat" c'est bien mais lors de la campagne, il n'a jamais dit comment il comptait faire ni dans quel délai !! .Soyons donc magnanimes.

Il est très dommage que son slogan travailler plus pour gagner plus soit si mal compris !! On peut aussi en vouloir au service "com" de NSS de n'avoir pas su expliquer le sens profond de ce slogan qui est pourtant fondé sur le bon sens.

Travailler plus oui mais pour ceux qui ont du travail et ceux qui bénéficient d'horaires réduits et non les cadres surchargés et ceux qui cumulent petits boulots mal payés pour survivre ou se voient refuser les heures supplémentaires trop coûteuses. Encore moins pour les commerçants qui eux ne vivent que de leurs ventes dans un contexte réglementaire strict et un débat non réglé du travail le dimanche.Question insoluble dans la mesure où si on autorise l'ouverture des petits commerces le dimanche, il faudra bien laisser cette possibilité aussi aux grandes surfaces à l'origine de la demandes des commerçants pour justement rester ouvert afin de lutter un peu mieux contre elles !!!!

Pour les fonctionnaires, la question est encore plus épineuse dans la mesure où les caisses sont vides.On souhaite vivement que les banlieues ne brûlent pas car nos CRS risqueraient de se mettre en grève pour non paiement de leurs heures sup....un comble ! 
 
Travailler plus : oui , il faut travailler plus mais cela signifie que plus de gens doivent travailler et cela nous renvoie au problème du chômage !
 
La croissance est à chercher du côté (sombre) du chômage et de son pendant le travail au noir qui plombe les caisses de retraite et de sécurité sociale.
 
Mais encore faudrait il former et contrôler ceux qui peuvent occuper les postes à pourvoir.Cela passe aussi par l'arrêt de la farce qui consiste à faire venir le monde entier pour travailler au noir aux yeux de tous.
 
Gagner plus : La solution serait bien sûr de revenir sur les 35 heures mais , comme le Président le dit lui même , il ne compte pas les remettre en cause  car on ne s'attaque pas sans risque à un acquis social !
Alors , il faut assumer le fait de voir les heures supplémentaires payées dès la 35 ième heure et non pas en RTT mais en euros !! Les employeurs , furieux d'avoir étés contraints de mettre en place les 35 heures avaient en contre partie obtenu le gel des augmentations de salaire et le déséquilibre soudain en faveur des salariés avait été tellement évident qu'une sorte d'auto-censure s'était établie jusque dans les syndicats eux même.
 
Les maigres effets dûs au temps libre sur le chiffre d'affaire des compagnies aériennes et de loisir se trouvent soudain érodés avec la hausse brutale de l'inflation dont on nous avait pourtant dit que nous serions protégés par notre appartenance à l'Europe.
 
Les habitants de notre magnifique pays qui a su si bien recevoir le monde magique de Disney , se retrouvent piégés entre un pouvoir d'achat en berne, une inflation autrefois contenue mais qui se débride naturellement par les effets de rattrapage et la mondialisation sur laquelle nos gouvernants n'ont que peu ou pas de prise. N'oublions pas non plus la crise souterraine des subprimes et de l'immobilier dont les effets collatéraux sont le drainage des capitaux des pays musulmans et asiatiques vers la zone euro par rejet du dollar comme monnaie refuge.
 
La solution pas plus que le constat d'impuissance ne sont agréables et on ne sort souvent d'un problème qu'en passant par un autre problème.I l n'y a pas de solution miracle à sortir du chapeau du Président le plus brillant qu'il soit.
 
Nous avons évoqué ici et continuons de le faire (voir le post précédent de Simon) l'urgence de poursuivre et accentuer la reforme du périmètre de l'Etat, la remise en cause de budgets de prestige (avion Rafale, aides à l'étranger, ....) , le questionnement sur l'intérêt de maintenir des organismes tels que l'ANPE, certains Epic comme les Voies Navigables de France qui viennent en doublon d'organismes tels que le Port Autonome de Paris et sont des parkings pour le Corps des Ponts et Chaussées par exemple et n'ont d'autre utilité que de pondre des projets qui ne verront jamais le jour ...., mettre fin au gaspillage des hôpitaux...
 
Quand au domaine privé, il faut que cesse la tromperie qui consiste à vouloir demander aux grandes surface de faire des efforts sur les prix alors que chacun sait très bien que les marges se font entre les producteurs pressurés et le marché de Rungis, les expéditeurs de produits frais et surgelés déstockés au gré des pénuries opportunes qu'ils créent et des spéculations qui en découlent.
 
Il conviendrait aussi, de se pencher sur la mise en vente de produits carburants moins chers comme en amérique du sud mais pour cela il faudrait avoir le courage d'affronter le lobby des pétroliers et la perte des mirifiques taxes empochées par l'Etat sur chaque litre d'essence et de gasoil, voir développer le nucléaire pour augmenter notre autonomie au risque de mécontenter les terroristes de la pensée verte et de perdre quelques précieux électeurs.
 
Comment ne pas évoquer enfin, last but not least, l'usage du déficit pour relancer la machine grippée. Nous sommes tellement pris par les slogans artificiels de la BCE que le mot de déficit est aujourd'hui un gros mot. M Keynes n'a pourtant pas manqué d'expliquer les avantages de l'interventionnisme pour la relance mais, il a été plus facile à M Trichet d'injecter des milliards d'Euros pour soutenir le dollar cet été que de lui demander de surseoir à nos obligations en matière de déficit pour redonner de l'énergie à notre économie.
 
Ainsi pourrons nous peut être profiter à plein de la mondialisation et des effets de la bonne gestion des intérêts européens dans le concert des nations ouvertes au libéralisme dont on voit bien qu'il n'a pas que des aspects positifs à court terme.
 
A NSS en tout cas de nous libérer des extraordinaires pesanteurs qui nous plombent encore et toujours en France.

Commenter cet article

Marie-C 03/12/2007 19:25

et si on commençait pas le commencement  C.A.Dmieux éduquer pour avoir des enfants avec un vrai métier et non pas des générations d'étudiants s'engouffrant dans des filières à impasse : genre psychologie (!!) et 3 milliard de profs de gym et d'animateurs de n'importe quoi ... cela donne du chômage et vous pourrez travailler 45 heures par semaines que cela n'y changera ruien !!la base c'est l'école et les soi-disants étudiants (troskistes pour la plupart ) qui mettent le dé"sordre partout en ce moment le savent bien Dans  toutes les dictatures on a toujours très bien su endoctriner prioritairement les jeunes Nos enfants sont mal éduqués mal élevés mal formés et mal orientés !!   merci l'éducation nationale !!

lelysdanslavallée 02/12/2007 18:29

Je suis assez d'accord avec le slogan pondu par jenesaisqui : "travailler plus pour que plus puissent travailler ! "   il faut sortir du faux raisonnement  de la répartition d'un travail qui serait par essence limité en quantité et qu'il faudrait partagé. Il faut revenir aux 38/39 heures pour tous et au cercle vertueux : . Plus de travail pour chacun = plus de croissance = plus de création d'emplois = plus de travail pour tous.cqfd

Lelysdanslavallée 02/12/2007 16:06

Les banques centrales en injectant des liquidités pour sauver les mauvais gestionnaires font un tort au systéme libéral au sens noble du terme en   déresponsabilisant les mauvais investisseurs . Cela  ne va  faire que retarder la crise qui est ineluctable.

Tertullien 02/12/2007 11:44

Mais il est bon , ce post!Je suis assez d'accord sur l'analyse. Notamment sur l'ambiguité du "travailler plus pour gagner plus" : slogan primaire destiné à se faire élire, alors qu'il faudrait le comprendre comme dit Grégoire : moins de chomeurs (notamment jeunes et seniors), de temps partiel subi (essentiellement féminin), de précarité (pour les plus démunis), moins d'inactifs en pleine forme.L'echec programmé de NSS est bien analysé : il y a des lobbies puissants partout, et il va avoir du mal à arbitrer. C'est facile quand on peut diaboliser l"'ennemi" comme la SNCF, plus dur en général.Il ne faut jamais oublier que les dépenses des uns sont les recettes des autres. -Coût de la santé contre lobby médical/industrie pharma.-Coût du pétrôle contre impots, bénéfice de Total et influence africaine. -Consommateurs contre producteurs, sans toucher aux intérets des Carrefour, et autres Leclerc.-PAC et agriculteurs- dépenses de la défense et recettes de dassaultETC... Il est trop mouillé dans ces lobbies (le parrain de son fils, son témoin de mariage, ses invités au Fouquet's...) pour pouvoir s'en sortir. Il fait de la fuite en avant, profite des circonstances pour s'attacher sa police, comme Chirac s'était assuré des agriculteurs. Il cherche à diviser pour survivre, et donc fait de la fuite en avant.Je suis moins d'accord sur le rôle BCE : elle n'a pas tant soutenu le dollar au moment des subprimes, que sauvé les banques européennes qui s'étaient dangeureusement aventurées. Des banques françaises faire faillite!Le dollar est faible essentiellement car W ne finance pas pas ses dépenses. Par idéologie républicaine, il baisse les impots. Par ailleurs il fait en Irak une guerre très coûteuse. Il la finance par l'emprunt, auprès des chinois qui ont de l'argent grace aux achats des américains en Chine....Un système qui ne peut que finir par une guerre entre la Chine et les US, d'ici 20 ans.Heureusement que l'Europe et la BCE ne nous laissent pas utiliser l'inflation pour résoudre nos problèmes : cela reviendra à faire payer tous les autres européens, qui ont fait leurs réformes, pour masquer le fait que nous ne sommes pas capables  de faire les notres. Notre croissance n'est pas faible à cause d'un cycle économique (hypothèse de Keynes), mais à cause de nos pesanteurs.