Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Le Zimbabwe à la une

20 Avril 2008, 21:13pm

Publié par Simon

Le Zimbabwé fait de nouveau la une et inquiète enfin les médias:
D'abord en raison des déboires électoraux du parti de  Robert Mugabe, l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF), qui a perdu officiellement les élections générales de Mars  (élections des députés , sénateurs et conseillers municipaux) . Mugabe a demandé un recomptage partiel des votes. Ensuite le Zimbabwe est dans le collimateur du Human Rights watch qui accuse les dirigeants de torturer ses opposants. Il  a dénoncé l'existence de "camps de torture", où le parti au pouvoir passe à tabac des sympathisants de l'opposition. 

Il est vrai que le pays ne va pas bien ; la tension ne cesse de croître, faisant craindre une explosion de violence dans ce pays en plein marasme économique, où l'hyperinflation frôle les 165.000% sur l'année.
Elle était de 32% en 1998, le taux de chômage approche les 80%

Depuis 2001 , plus de trois millions de personnes ont quitté le Zimbabwe à cause de la crise économique. Environ 1,2 million de Zimbabwéens travaillent en Afrique du Sud, notamment dans les mines et l'agriculture.


En revanche on ne parle pas de la cause de ce marasme totalement induit par le nettoyage ethnique
;

En 1980, il y avait 500 000 Blancs au Zimbabwe. En 2000
, il en restait encore 200 000 . En 2004, il n'en reste plus que 30 000.

Mugabe lance en 2002 un programme de redistribution des terres afin de chasser les propriétaires blancs remplacés par des gens ethniquement conformes mais incompétents.

Il s'ensuit rapidemment une chute des diverses productions. De plus, la productivité des terres, qui bénéficiaient jusque là d’équipements d’exploitation moderne et d’un personnel qualifié, est aujourd’hui remis en question avec le découpage en petites unités agricoles.

Les greniers sont vides et la famine menace  près de la moitié de la population. Le pays qui consomme habituellement près de 2 millions de tonnes de blé, la nourriture de base des habitants, doit faire face à des prévisions pour le moins alarmantes avec 750 000 tonnes escomptées cette année.

Partout ailleurs, on aurait parlé de nettoyage ethnique et de persécution mais ici cette politique ayant été mise en place par un dirigeant noir contre des Blancs, c'est le silence...


Les droits de l'homme; oui mais pas pour les blancs.


         

 

"Les blancs ne sont pas des êtres humains"
Joseph Msika, vice président du Zimbabwe

Commenter cet article

isabelle La Catholique 24/04/2008 22:51

Les conquistadors n'étaient peut être pas tous des hommes parfaits, mais ils ont découvert un continent où des milliers de sacrifices humains étaient pratiqués au 15 ème siècle...La Vierge est apparue à un petit indien (Diego) basic qui a tenu tête à un évêque Espagnol . Diégo a été canonisé par J P II .Soyons prudents en révisant l'Histoire... 

Marie-Marie 24/04/2008 19:09

pourquoi prenez vous mon pseudo ?? par manque d'imagination ?? cela ne me fait nullement offense car vous n'etes pas le premier !! je commence à être habituée  je reconnais que je ne voyais que le continent africain  et non les iles qui sont du reste une bonne démonstration de ce que je disais voyez Madagascar indépendante et dans une pauvreté absolue avec la lèpre endémique et autres saloperiesde maladieset la Réunion -département francais- qui a le plus haut taux de bénéficiaires du RMI français   demandez donc aux malgaches ce qu'ils préféreraient !!!et je ne suis pas psycho-rigide sur la gauche ou la droite car les hommes politiques sont aussi carriéristes dans les 2 cas et bien indifférents au devenir de la France   moi c'est cela qui m'intéresse !les conquistadors je croyais que c'était en Amérique ! j'ai du encore me planter !!

Marie-Marie 24/04/2008 11:05

Marie-Marie : je prends votre pseudo en punition pour votre dernier post.Vigueur des soldats : au lieu de ricaner, lisez donc "histoire des colonisations" de Marc Ferro (ce n'est pas un gauchiste), et notez les éléments de la politique de Jules Ferry.Apporter l'Evangile : c'était une vaste plaisanterie pour les premiers conquistadors, prétexte à tuer et brûler les "hérétiques"! Au nom de quoi notre civilisation est meilleure que la leur? Jésus a dit "d'enseigner" toutes les nations, il n'a pas dit "les soumettre", les convertir de force, leur apprendre le latin, etc.Nous sommes co-responsables des malheurs actuels de l'Afrique, mais on peut s'en laver les mains, sur le thème "c'est pas moi".PS : Les épices : Madagascar, Ile Bourbon? C'est le bon continent?

Marie-Marie 23/04/2008 19:40

Apporter la cilivilisation c'était effectivement apporter l'Evangile et nous n'avons pas à rougir de cela mais vous oubliez que c'était aussi  : construire des routes, des hôpitaux (et pas seulement des minarets), des écoles (et pas seulement des madrassa)   pour exemple la Guinée qui en 1990 avait toujours les infrastructures du temps colonial  rien n'avait été fait du temps de Sékou Touré (brave petit syndiqué cégétiste et communiste pur et dur qui n'avait même pas le certificat  !!)  et les gens du cru nous demandaient quand nous viendrions les recoloniser pour pouvoir s'en sortir !!!  je me demande oûù ils en sont maintenant  !!!quand à la vigueur des soldats  !!  cela me confond ! c'est bien un truc de mec ce genre de reflexion  ha lalala !!!!!pour les épices ce n'est pas le bon continent !! pour les richesses du sous-sol  ils savent très bien actuellement les ecploiter au profit de fort peu de gens   !!!!

Jacquot 23/04/2008 18:39

Mais non : tout simplement, qui sème le vent récolte la tempête...Je n'y peux rien si nos ancêtres ont apporté "la civilisation" à des gens qui ne demandaient rien. A l'époque, il y avait de bons arguments : l'annonce de l'Evangile par exemple (Cortez, Pizzaro), utiliser la vigueur de nos soldats loin  de l'Alsace-Lorraine (Jules Ferry), et faire la pièce aux allemands et aux anglais. lls en couvraient aussi de pires (l'or, la richesse des épices, le simple impérialisme). Et maintenant... un joli bin's qu'on va léguer à nos enfants.