Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Il y a 90 ans, le martyr des Romanov ..

17 Juillet 2008, 14:02pm

Publié par Simon Duplessis

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, une équipe de la police secrète bolchevik assassina le dernier empereur de Russie, le Tsar Nicolas II, en même temps que sa femme, la tsarine Alexandra, leur fils de 14 ans, le tsarevitch Alexis, et leurs quatre filles. Ils furent abattus par une grêle de balles dans une pièce de la maison Ipatiev à Ekaterinburg, une ville dans la région montagneuse de l'Oural, où ils étaient retenus prisonniers. Les filles furent achevées à la baïonnette. Pour empêcher un culte pour le défunt Tsar, les corps furent transportés à la campagne et hâtivement brûlés dans un endroit secret.
Des milliers de croyants orthodoxes ont afflué hier soir à Ekaterinbourg pour le 90e anniversaire de l'assassinat de la famille impériale et
 se sont entassés dans l'Eglise du Sang versé construite en 2003.  

"Nous sommes là parce que nous aimons notre tsar. Nous prions pour nos ancêtres qui ont commis ce crime", confie, dans la foule, un prêtre venu de la région sibérienne de Tioumen..

"C'est un lieu saint. Nous voulons que notre pays soit pardonné pour ce péché", dit Ekaterina Terentieva qui a effectué un long périple avec son petit fils pour venir prier sur les lieux du drame. Une petite icône représentant les Romanov canonisés comme martyrs par l'Eglise orthodoxe est attachée à son cou.


                        
Les dessous de la révolution bolchevique
Il existe plusieurs éléments troublants dans cette révolution et en particulier, on peut se demander comment les Bolcheviks regroupés dans un petit mouvement guidé par les enseignements de Karl Marx, réussirent à prendre le contrôle de la Russie.
Là,  il faut bien aborder un sujet tabou : bien qu'officiellement les Juifs n'aient jamais représenté plus de 5% de la population totale du pays, ils jouèrent un rôle hautement disproportionné et probablement décisif dans les débuts du régime bolchevik, en dominant effectivement le gouvernement soviétique pendant ses premières années.
La plupart des dirigeants communistes qui prirent le contrôle de la Russie en 1917-1920 étaient des Juifs. Léon Trotsky (Lev Bronstein) fut le chef de l'Armée Rouge, et pendant un temps, fut le responsable des Affaires Etrangères des Soviets. Yakov Sverdlov (Yankel Solomon) était à la fois le Secrétaire de l'Exécutif du Parti Bolchevik et -- en tant que président du Comité Central Exécutif -- chef du gouvernement des Soviets. Grigory Zinoviev (Radomylsky) dirigeait l'Internationale Communiste (Komintern), l'agence centrale pour répandre la révolution dans les pays étrangers .
Ainsi,  la révolution bolchévique eut dans sa première administration 545 membres, dont au moins 447 juifs, ce qui permettait à Lénine d'annoncer lui-même que :" Les juifs formeront les cadres principaux de la révolution et porteront la semence du socialisme dans les masses russes les plus ariérées."
David R. Francis, ambassadeur des Etats-Unis en Russie, avertit dans une dépêche à Washington en janvier 1918 : «Les dirigeants bolcheviks ici, dont la plupart sont des Juifs et dont 90% sont des exilés de retour en Russie, font peu de cas de leur pays ou de tout autre, mais sont des internationalistes et ils essayent de déclencher une révolution sociale à l'échelle mondiale

Les travaux de Sutton sur le financement  anglo-saxon :
Dans son ouvrage : « Wall Street and the Bolshevik Revolution »,     Anthony Sutton dévoile une partie du financement de la révolution de 1917 , les liens des financiers américains avec les révolutionnaires (une autre part étant constitué par le parrainage allemand avec Jacob Schiff ) . Il parle de l’action des dirigeants de la Kuhn and Loeb, de la firme bancaire Morgan dans l’acheminement illégal de l’or Bolchevique vers les Etats-Unis, mais aussi le rôle subversif de la Croix Rouge Américaine en Russie, cooptée par de puissants intérêts de Wall Stree.
Sutton dévoile les marchés passés entre les grandes firmes et les soviétiques dans le but précis d’accaparer le gigantesque marché russe plus de 15 ans avant que le Gouvernement des Etats-Unis ne reconnaisse le Régime Soviétique...
Pour la première fois, les liens étroits entre quelques banquiers de New-York et de nombreux révolutionnaires étaient prouvés avec des documents inattaquables, par un universitaire de renom.


Hasard de l'histoire 
L'oncle de Jacques Attali (membre influent du CFR), Felix Warburg, prit la tête en 1920 de la Kuhn, Loeb & Co, la banque juive associée aux Rockfeller depuis 1911 . Quelle coïncidence...!,

Commenter cet article

Marie-C 18/07/2008 10:55

Lénine a fait le voyage en "wagon plombé " à travers l'Allemagne et la Suisse  :  cela voulait dire qu'il avait un statut d'éxtraterriotarilité et qu'il bénéficiat donc d'une possibilité de passer les frontières sans aucun problème   Qui doit -on remercier pour cet avantage réservé à un révolutionnaire patenté que l'on renvoyait ainsi dans son pays ??? A qui profita donc le crime ????les pays n'ont pas d'amis ils n'ont que des intêrets ....

J. de France 17/07/2008 21:06

Cet article est intéressant et il peut être l'occasion de réfléchir, à nouveau, sur le comportement de tous ceux qui oeuvrent à détruire la civilisation occidentale au profit du mondialisme financier. Le "médiatiquement correct", les "peoples", la primauté de l'émotion (afin d'éviter toute réflexion) sont, entre autres, leurs outils préférés.