Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Vieilles recettes

18 Octobre 2008, 15:18pm

Publié par Grégoire

On ne pourra pas faire l'impasse sur le retour aux valeurs fondamentales pour sortir de la crise

L'origine de la crise du capitalisme réside bel et bien dans la baisse de la confiance des ménages, des entreprises et des investisseurs dans l'économie mondialisée mais pas uniquement et on est
consterné devant les actions communes  menées par les gouvernements pour essayer d'enrayer la dégringolade.
Ces recettes ont déjà été utilisées lors de la crise de 29 avec des conséquences néfastes  bien connues des économistes (crise de 1933) .
Mais rien n'y fait, on applique des remèdes temporaires sur les effets sans chercher à s'attaquer aux causes profondes.
Ou bien les hommes politiques ne savent pas profiter pas des leçons de l'histoire ou bien ils ne sont pas bien formés ou bien ils manquent de courage ; on nous ressert les plats recuits qui ne nous ont préservé de rien avec ce retour au keynésianisme : recherche de la croissance à tout prix par la relance de la consommation et le déficit budgétaire. Il est temps pourtant de remettre de l'ordre dans le monde de la finance, d'engager des réformes de structure et de réduire les dépenses publiques, conditions indispensables pour retrouver  une économie saine .
La grande leçon qu'il faut tirer de la situation actuelle, c'est que l'économie doit être mise au service des individus et des groupes, des peuples et non l'inverse comme ont tenté de nous le faire croir les tenants de la mondialisation débridée.
Croyons nous encore aux bienfaits de la consommation portée dans les pays riches au rang de religion ?
Coyons nous au sacro-saint taux de croissance de 15% imposé par les fonds de pension à nos entreprises en dehors de tout contexte local?
Croyons nous que tout le monde bénéficiera des retombées d'un travail le dimanche au détriment de la vie spirituelle et religieuse ou tout simplement familiale ?
Le profit est-il un but en soi ?

Ce monde est dans l'impasse, à quoi nous sert-il alors d'insister ?
Ne confondons pas capitalisme et libéralisme !
Ne passons pas aussi à coté d'une nouvelle occasion de nous convertir et de changer véritablement !
 

Commenter cet article

Chouan récalcitrant 20/10/2008 14:53


Crise des subprimes: une explication très simple pour ceux qui essayent encore de comprendre
Alors voilà, Mme. Georgette a une buvette à Bertincourt, dans le Pas de Calais. Pour augmenter ses ventes, elle décide de faire crédit à ses fidèles clients, tous alcooliques, presque tous au chômage de longue durée et à la CMU. Vu qu'elle vend à crédit, Mme. Georgette voit augmenter sa fréquentation et donc, peut augmenter un peu les prix de base du 'calva' et du ballon de rouge.
Le jeune et dynamique directeur de l'agence bancaire locale, quant à lui, pense que les 'ardoises' du troquet constituent, après tout, des actifs recouvrables, et commence à faire crédit à Mme. Georgette, ayant les dettes des ivrognes comme garantie.
Au siège de la banque, des traders avisés transforment ces actifs recouvrables en CDO, CMO, SICAV, SAMU, OVNI, SOS et autres sigles financiers que nul n'est capable de comprendre.
Ces instruments financiers servent ensuite de levier au marché actionnaire et conduisent, au NYSE, à la City de Londres, au Bourses de Francfort et de Paris, etc., à des opérations de dérivés dont les garanties sont totalement inconnues de tous (c.à.d., les ardoises des ivrognes de Mme. Georgette).
Ces 'dérivés' sont alors négociés pendant des années comme s'il s'agissait de titres très solides et sérieux sur les marchés financiers de 80 pays.
Jusqu'au jour où quelqu'un se rend compte que les alcoolos du troquet de Bertincourt n'ont pas un rond pour payer leurs dettes.
La buvette de Mme. Georgette fait faillite.
Et le monde entier l'a dans le c....

GREGOIRE 20/10/2008 14:37

Robert , je ne crois pas faire d'angélisme mais si vous me lisez bien, une sorte d'optimisme réaliste-fataliste.Comment croire en effet au regard de mes posts précédents que les choses puissent véritablement changer.Regardez la perfidie et la désinvolture des "pragmatiques", wasp ou pas qui se planquent dans les tours en verre de nos banques et qui crachent à la figure des pauvres naïfs qui se délestent sans broncher de leurs économies et des leurs impots pour leur sauver la mise.Mais ce n'est pas une raison pour ne pas croire en une évolution(révolution?) de notre prétendu modèle économique entremellé au niveau mondial.On ne me fera par ailleurs croire que l'euro est une valeur refuge car elle est couplée , volontairement depuis ses origines à la monnaie US au point de chercher à la substituer !!! Donc notre cas était lié à la dynamique US et on voit le résultat.Le nouvel ordre économique ne devrait il pas plutot se concentrer sur un développement équilibré avec les pays qui subissent eux une crise constante, celle de l'exclusion qu'on leur fait vivre par notre volontée sans faille de les piller sans contrepartie si ce n'est le maintient de régimes spoliateurs effroyables et foncièrement inégalitaires à coup de traffics d'armes et d'aides détournées ! Comment voulez vous que nos nations soient des modèles et comment voulez vous combattre les pays que vous qualifiez d'Axe du Mal ?! L'Axe du Mal c'est Washington- New York-Jerusalem, entre autre !D'autre part , l'espérence fait partie des choses que je suis sensé entretenir et propager.

Robert 19/10/2008 22:43

Ce sont de bonnes questions. Les capitalistes, défaits, essaient d'expliquer que c'est la faute au libéralisme débridé. Inversement, je ne connais pas de capitalisme d'Etat qui fonctionne. Normalement, la régulation est la loi du marché : celui qui s'est trop exposé paie la fature. Sauf que là, elle est tellemnt énorme que tout le monde doit payer.Simon, vous faites de l'angélisme. Vous pensez que si chacun est bon, qu'il a de bonnes valeurs transmises par ses parents, le monde ira mieux.Oui, pour certains, le profit est un but en soi. Et ce sont des bons WASP, qui vont à l'office tous les dimanches, qui votent Palin parce qu'ils sont "pour la vie", et qui, la semaine, font du fric pour nourrir leur famille et "paraître".(Vous pouvez faire Carême, ça n'empêchera pas la spéculation.)Notre président est comme ça aussi. Ne disait-on pas "Sarko l'américain" pour ses références constantes à ce qui se fait là-bas. Il est perdu, il s'agite dans la crème croyant faire du beurre, et ne fera que du petit lait. Il essaie de profiter de la faiblesse de Bush, il a encore 3 mois pour tenter le coup.Un nouveau Bretton Woods! Quelle ignorance tant politique qu'économique! Bretton Woods avait fixé le dollar comme référence universelle par rapport à l'or. Nixon l'avait jeté pour pouvoir imprimer du $ pour payer l'air de rien la guerre du VietNam.La crise n'est monétaire que parce que le Yuan est survalorisé, pour raisons politiques chinoises. La réalité est que le $ ne vaut plus rien. Ira-t-on jusqu'au bout, et fixer la monnaie sur la valeur des matières premières, genre café ou riz, qui assurerait l'indépendance des pays pauvres, par rapport aux pays riches? Non, bien sûr.Faire un taux fixe entre $ et €? Pour nous couler avec eux? Pire, sortir de l'€, pour couler tout seul comme des grands?Fondamentalement, il faut que les monnaies reflètent l'état des économies. Donc que les US arrêtent de vivre -et de guerroyer- à crédit. Pour eux, cela veut dire une baisse de l'ordre de 30% de leur niveau de vie : inacceptable. Donc, le monde entier va se cotiser pour leur éviter cela, leur permettre de combattre l'axe du mal et soutenir Israël.Vous êtes pour L'axe du mal, et pour les terroristes, Simon? Non, alors, payez! Et sans râler!