Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Ils l'ont fait exprès !

27 Octobre 2008, 09:06am

Publié par Simon

La mondialisation nous est présenté comme une avancée inéluctable et source de progrès social. En fait, on s'aperçoit qu'il n'en est rien, bien au contraire;  les patrons profitent de la main d'oeuvre étrangère bon marché pour maintenir les salaires au plus bas. Ceux-ci ont stagné tant et si bien que le vulgus pecum a du emprunter au delà de ses possibilités et contre tout bon sens pour pouvoir maintenir son pouvoir d'achat. Pendant ce temps là, les dirigeants des grands entreprises et les spéculateurs de tout poil ont engrangé des fortunes.
Comment en est on arrivé là ?
Il semble bien que la bulle immobilière et le crash ont été manigancés par le gouvernement des États-Unis, la Fed et les financiers de Wall Street . Plusieurs éléments le laissent penser (le texte ci-dessous sur la genèse de la crise est largement inspiré des articles de Richard Cook et de William Engdahl - globalresearch ).

Genèse d'une crise provoquée:
1/ Au cours de la présidence Clinton, le gouvernement a demandé aux banques  de consentir des prêts hypothécaires aux consommateurs qui n' auraient pas pu  jusque là  bénéficier des prêts classiques .  George W. Bush  est arrivé au pouvoir en  Décembre 2000 et le marché boursier a commencé à décliner quand la bulle des start up technologiques a éclaté.
En mars 2001 Greenspan qui voit trés souvent G. W Bush avalise la décision du président de consentir une réduction d'impôts pour les plus hauts revenus. Des signes de récession ont  commencé à apparaitre au début de 2001. Le marché boursier s'effondre après le 11 / 9.
En Octobre 2001 Les États-Unis envahissent l'Afghanistan  puis  l'Irak en Mars 2003. La Réserve fédérale commençe à baisser les taux d'intérêt, et en 2002 les achats de maison commencèrent à se faire sur un mode frénétique.
2/ Selon certaines sources,  le mot a été donné dans les banques hypothécaires d'être large sur les  prêts hypothécaire en faisant déclarer à l'emprunteur plus de revenus qu'il n'en disposait réellement .
3/ Les banques ont commencé se débarasser de ces prêts et Wall Street les transforment  en titres aussitôt  vendus aux investisseurs du monde entier en obligations.  
4/ Les analystes de côtes de crédit des grandes agences, comme Standard and Poor's, Moody's et Fitch, ont surcôté ces  titres en sous estimant scandaleusement  les risques.

5/ Les courtiers en hypothèques alimentent  la bulle en disant que  les prix de l'immobilier continueraient à grimper et qu'il fallait acheter le plus tôt possible.

D'énormes sommes d'argent ont commencé à être injecté dans ce système  d'hypothèques et de prêts immobiliers basés sur d'hypothétiques plus-values.
 George W. Bush a été réélu en 2004, au moment où la bulle s'était largement développé.
En 2005,  la bulle immobilière seule a représenté la moitié de la croissance US  et a induit  des recettes fiscales supplémmentaires non négligeables.
Malgré les recettes fiscales de la bulle de l'administration Bush, d'énormes déficits budgétaires se creusaient avec les dépenses induites par  les guerres en Afghanistan et en Irak. 
6/ Ceux qui remettaient en cause cette politique économique  étaient pointés du doigt. Des  procureurs généraux désignés pour enquêter sur les fraudes hypothécaires ont été empéchés de le faire sur  ordre du ministère du Trésor . 
Il n'y a pas eu d'organisme fédéral chargé de s'occuper de  la fraude hypothécaire. Lors de son dernier témoignage sous serment, Lynn Turner, chef comptable de la Securities and Exchange Commission (SEC, organisme fédéral de réglementation et de contrôle des marchés financiers, NDR), qui était chargé de la surveillance du marché des swaps de défaut (credit default swaps), un marché d’un montant de 62 000 milliards de dollars, avait fait les frais des coupes budgétaires de l’administration Bush. Son personnel était passé de plus de 100 personnes à une seule.
 En Février 2006, Ben Bernanke remplace Alan Greenspan en tant que président de la Fed et il maintient les taux d'intérêt au même niveau. 
 7/ La bulle immobilière a commencé à s'effondrer en 2006-2007,  l'économie montre les premiers signes d'une récession et le marché boursier commence à baisser en août 2007. 
 Les prix de l'immobilier ont commencé à chuter dans la plupart des marchés. Des millions de propriétaires se retrouvent avec une dette trés supérieure au prix de leur maison.
8/ Les propriétaires ont commencé à ne plus pouvoir payer leur créances et  plus de quatre millions de maisons sont saisis dans la période 2006-2008.
Souvent, les propriétaires sont tout simplement partis après avoir déposé les clés de leurs maisons à la banque.
L'économie américaine perd 60.000 emplois en août 2008.  En un an, Wall Street a supprimé 200.000 emplois. L'État et les gouvernements locaux ont commencé à réduire le budget et les embauches. 
La «dette toxiques" de  la bulle immobilière a entraîné à  grande échelle l'écrasement su système financier US en Septembre 2008.
Le marché boursier s'st effondré  immédiatement, et a perdu  40 pour cent de sa valeur en un an.  Les fond de pension ont perdu 2 milliards de dollars.
9/ Le crash de l'économie américaine commence à se répercuter dans le monde entier .

 Le Département du Trésor des États-Unis n'a pas réussi à endiguer la chute des marchés malgré une trés importante tentative de sauvetage .
Fin Octobre 2008, la récession a commencé à se ressentir fortement.  Comme la situation a empiré, les grandes banques comme la JP Morgan Chase ont reçu de la Fed du capital  pour racheter des banques en faillite. JP Morgan Chase paye 1,9 milliard de dollars pour Washington Mutual, pour un actif de plus de 300 milliards de dollars. 

Le gouvernement américain s'est entendu avec  les gouvernements européens pour programmer une série de sommets économiques mondiaux pour trouver des solutions. 
Le président Bush sera l'hôte du premier sommet à Washington, DC, le 15 Novembre juste après l'élection présidentielle américaine.  L'armée américaine rapatrie aux États-Unis des troupes d'Irak afin de contenir des émeutes éventuelles. La plupart des grandes chaînes de magazins ont commencé à fermer des magasins et à licencier des salariés alors même que la saison de Noël approche. Le Washington Post a signalé le 23 Octobre 2008: «Les employeurs se mettent à réduire les emplois et les coûts dans la perspective de la crise économique, s'attendant avec crainte à une longue et douloureuse récession."


Ainsi, sachant qu’à un moment donné,  la bulle contenant  les milliards de dollars de subprimes douteuses et autres titres hypothécaires à haut risque allait s’effondrer, ils ont décidé de propager le plus possible dans le monde entier les « déchets toxiques » de l’ABS, pour attirer les grandes banques du monde, plus particulièrement celles de l'Union européenne, dans leur piège.

Tout n'est pas perdu pour tout le monde ...
D'ores et déja  les gagnants de la crise sont la Bank of America, la JP Morgan Chase (Rockefeller), la Federal Reserve Bank of New York, cette dernière en raison notamment de ses informations d’initié.

Certains analystes affirment que les gagnants ont provoqué la crise consciemment afin de gagner encore davantage, de concentrer encore davantage de pouvoir. A terme les finances mondiales seront représentés par 2 ou 3 banques.  Après être parvenus à arracher 700 milliards de dollars aux contribuables étasuniens par la peur et la panique, ces trois mastodontes utiliseront leurs muscles hors du commun pour ravager les banques européennes dans les années à venir.

   
 
Une escroquerie gigantesque
Pour bien comprendre les dessous des cartes, il faut se rappeler que la Fed représente un cartel de banques privées sous la coupe des Rockefeller et que le dollar est donc une monnaie privée ! Quand on pense que celle-ci est la monnaie  de référence mondiale depuis 1945 et qu'elle est non indéxée  sur l'or depuis 1971, on devine le degré de malignité du système. Par ailleurs, les pays qui refusent le dollar comme monnaie d'échange sont mis au ban de la communauté internationale ( comme le Venezuela de Chavez) et ceux qui veulent remettre le système d'aplomb sont impitoyablement éliminés ( John F. Kennedy)
Les pays comme la Chine et  les pays arabes exportateurs de pétrole possédant de grosses réserves  ne sont riches qu'en dollars ! Du simple papier !. Ces pays sont potentiellement ruinés. Pendant ce temps les  financiers qui dominent le monde font main basse sur les valeurs matérielles;  or, industries, mines, biens immobiliers, etc .
Cette crise est un pas en avant vers le Nouvel Ordre Mondial; un monde sous la coupe des Rockefeller et Rothschild avec l'aide des officines mondialistes à leurs bottes (Bilderberg, Trilatérale, CFR etc )

Vers le Nouvel Ordre Mondial
Comme le dit David Rockefeller, fondateur de la Trilatérale et membre du CFR, : " Le monde est maintenant plus sophistiqué et disposé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est sûrement préférable à l'autodétermination nationale que l'on pratiquait dans les siècles passés...

Sources : www.horizons-et-debats.ch / www.globalresearch.ca

Commenter cet article

PROSPECTIVISTE 03/11/2008 18:45


G BUSH DEBORDE PAR LES DOCTRINAIRES DE LA GUERRE ?:
 
Lorsqu'on revoit les images des évènement du 9/11, on ne peut s'empecher de faire le rapprochement avec la théorie "Choc et effroi" mise au point par deux doctinaires de la guerre en 1996.
Cette doctrine vise par l'ampleur, la surprise et la violence à dissuader un ennemi de tenter de se défendre.Cela passe bien sur par des phases préparatoires de tirs intensifs et de la désinformation visant à paralyser les systèmes de commandement et de communication et priver les états majors de leurs troupes, terroriser les populations après les armées et créer un blocage général des sources d'approvisionnement et la circulation, facilitant une rédition rapide.
 
On comprend bien que cette doctrine s'inscrit dans la droite ligne d'une autre qui est celle du ZERO MORT (Coté US s'entend!) et de la guerre éclair plus connue depuis sa mise en oeuvre par les troupes allemandes lors de la Seconde Guerre mais aussi du principe d'écrasement par les destructions dues à la bombe atomique usité au Japon avec succès. 
 
Il n'est pas totalement exclus et inutile de se pencher sur le volet désinformation en ce qui concerne les évènements du 9/11 dont un poste récent de Simon nous donnait quelques éléments.L'effet de sidération, l'utilisation conditionnante des images sur des population incrédules et l'effroi qui en a résulté avec le déclanchement programmé bien avant de la guerre en Irak ne laisse pas de poser question.
 
G BUSH semble avoir été enclin à renoncer à cette doctrine lors de la guerre d'Irak mais n'est ce pas parce qu'il avait été circonvenu par ses conseillers ou les services lors du 9/11 et devant le nombre de morts civils décimés dans les tours?
 
La doctrine semble avoir perdu de son attrait depuis l'échec de la gestion de crise post invasion et le général Petraeus réussir en adoptant une stratégie de contact et de lien avec les populations sur le modèle qu'il admire chez nos soldats.Plus question de terroriser mais d'entrer enfin dans une phase plus responsable et gestionnaire de la reconstruction politique et militaire et du désengagement.Comme quoi le pire n'est jamais sur !
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_et_effroi