Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Hémorragie à St-Cyr ?

28 Avril 2009, 04:59am

Publié par Simon Duplessis

D'après Ouest-France, les diplômés des écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan n’hésiteraient plus à quitter le métier des armes .
« Il ne s’agit pas d’hémorragie, mais bien d’évaporation, tempère Nicolas de Lardemelle, le général commandant les écoles de Coëtquidan. C’est un phénomène connu. » Connu, certes, mais qui s’intensifie (de 3 % en moyenne à 7 %, en 2006 et 2008), au point d’inquiéter les états-majors et d’obliger Nicolas de Lardemelle à se fendre d’un article sur le sujet dans Le Casoar, la revue des anciens de Saint-Cyr. Des résiliations de contrat
Mais des résiliations de contrat, une fois le diplôme de l’École spéciale militaire en poche, alors que les jeunes diplômés doivent au moins cinq ans à l’armée, c’est un peu nouveau. « De jeunes officiers, avec leur Master, rejoignent le privé, explique un enseignant de Saint-Cyr. Ils sont embauchés par de grands groupes (Michelin, Peugeot, Thales, CGM…) qui n’hésitent pas à racheter leur scolarité à l’armée. » Crise de vocation? Crise de vocation ou attrait du secteur privé ?
Pour le général de Lardemelle, l’« évaporation » a du bon. D’abord « c’est un placement […], un investissement indéniable en termes de lien externe au profit de la communauté nationale ». Ensuite, c’est la preuve que leur formation est « efficace et du meilleur niveau […]. N’ayons aucune honte à ce que de jeunes chefs bien formés au métier militaire décident d’exercer leurs talents ailleurs, dans d’autres secteurs professionnels ». Ces départs de jeunes diplômés ou de jeunes cadres doivent donc être acceptés, estime le général de Lardemelle qui anticipe que « le nombre des départs va croître », pour atteindre « 20 % à 30 %
».

Etrangement, le général ne parle pas de ceux qui partent écoeurés, en grande partie  par le manque de moyen. Il est banal de constater que 50 à 60 % des véhicules sont indisponibles. L'équipement individuel des officiers comme celui des sous officiers est financé sur leur propre solde tandis  que  dans le civil les grosses boîtes fournissent à leurs cadres l'ordinateur, l'imprimante et le téléphone portable.
Ne parlons pas des ordres et contre-ordres qui pourrissent la vie quotidienne ou de l'impossibilité d'aligner des effectifs réglementaires  avec du personnel perturbé par des  difficultés socio-économiques ou familiales , souvent  en arrêt de travail ou fatigué d'avoir un peu abusé du haschich.
 En Afghanistan toutefois, le jeune officier   retrouve le coeur du  métier et cela est tout à fait exaltant à condition de ne pas se poser de question sur  la portée de la mission. Mourir pour l'Otan et les intérêts américains a t-il un sens pour ceux qui ont choisi  de servir leur pays jusqu'au sacrifice suprême ?

Commenter cet article

JP POURADE 06/07/2013 16:50

Le Général Nicolas de LARDEMELLE a raison de s'inquiéter de cette évaporation de l'élite de l'armée française.
Mais les politiques ayant largement usé et abusé de ces élites dans le passé , les générations de la fin du XX ème siècle n'acceptent plus d'être traités comme des valets au service de la politique et non comme des soldats au service de la Nation et de la Patrie.
Dans un pays qui a déshonoré sa signature en refusant au Général BIGEARD de reposer aux INVALIDES sous prétexte que cela allait déplaire à l'Algérie , il ne faut pas s'étonner que la jeunesse de France ne croient plus aux valeurs de la République que ne cessent de piétiner ceux que le Général de Gaulle appelait les POLITICHIENS.

CHOUAN+RECALCITRANT 30/04/2009 01:10

Les chouans se sont battus pour la défense de leur idéal et de leurs convictions ; beaucoup y ont laissé la vie et ceux qui ne sont pas morts n'en ont tiré aucun bénéfice pécuniaire, mais ils ont défendu leur honneur. La propagande révolutionnaire ou impériale ne les a pas pollués. Pour ceux qui maintenant détiennent le pouvoir politique, ne pensent qu'à leurs avantages et prérogatives et enfoncent notre pays, il faudrait rétablir l'accusation de crime pour haute trahison. Cela entraînerait leur condamnation devant la Haute Cour de Justice et la confiscation de leurs biens. Cela ferait réfléchir les autres margoulins.