Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Deux siècles ensemble.

30 Mai 2009, 17:32pm

Publié par Simon Duplessis

Alexandre Soljenytsine a écrit en 2001  avec "deux siècles ensemble "un ouvrage  magistral, honnête et rigoureux, basé sur des matériaux historiques solides . Cette étude sur l'histoire des juifs en Russie et par le fait même  l'histoire de la Russie du 19° et 20° siècle est passée presque inaperçue des médias occidentaux. Evidemment, la vérité, comme d'habitude, dérange quelque peu, et quand elle ne va pas dans le bon sens de l'histoire, cela s'appelle du révisionnisme.
Il est difficile de résumer une oeuvre si dense. Schématiquement, on peut dire que ce livre remet en cause le mythe d'un empire russe autocratique, rongé par l'antisémitisme, qui aurait  fomenté en sous-main des pogroms et réduit les juifs à une citoyenneté de seconde zone.
Les juifs ont pu au contraire accèder au plus hautes dignités et à la noblesse héréditaire alors que le servage était encore de rigueur pour les paysans russes orthodoxes. A.S concède toutefois que s'il n' y a eu pas véritablement  de persécution,  des vexations voire des brimades inacceptables ont existé tout de même à l'encontre des juifs. Mais les restrictions à l'encontre des juifs n'ont jamais eu un caractère raciale mais plutôt économique. Si les gouvernements russes  ont eu des torts - et ils en ont eu - c'est de n'avoir eu aucun sens de la communication et d'avoir manqué  d'intelligence dans les situations de crise.
Mais il y a sans conteste au départ une question juive : c'est à la fin du 18° sècle une communauté inassimilée sur le plan des coutumes, de la langue et de la culture. Elle se veut repliée sur elle même autour du rabin qui administre les kehalim, les écoles confessionnelles, les impôts qui sont reversés à l'état. C'est une communauté dans l'ensemble sans formation professionnelle confinée pour l'essentiel dans des occupations non productives - essentiellement l'usure et la vente d'alcool.

Les Tsars n'ont cessé de tenter de  fondre cette population juive dans la population russe tout en respectant le judaïsme.
Au fil du temps, des comités co-pilotés par des fonctionnaires russes et des notables juifs établiront des lois destinés à intégrer les juifs dans la nation russe.
Ainsi;  une obligation sera faite pour les jeunes juifs de fréquenter les écoles russes, d'effectuer leur service militaire (un service national adapté avant l'heure), des terres cultivables seront octroyées gratuitement à ceux qui veulent se tourner vers l'agriculture. Malheureusement, les diverses lois seront contournées; les terres seront mises en fermage, une majorité de juifs échappent à la conscription, les impôts sous évalués par les kehalim. En revanche l'éducation portera ses fruits, les juifs seront nombreux à faire des études, à accéder à l'université et à la fin en si grand nombre qu' Alexandre III fera instituer un quota d'admission pour eux. La jeunesse ainsi formée sera malheureusement perméable aux seules idées des lumières,  se détournera de la religion pour aller former le gros du terrorisme socialiste révolutionnaire, ou bien adhérer au sionisme naissant. Quant aux autres, ils iront vite former l'élite capitalistique du pays avec les Guinzbourg, les Poliakov , entre autres.
A l'extérieur, la Russie est la cible des journaux européens progressistes, connait des revers en Crimée,  puis avec le Japon. A.S souligne ici le rôle joué par les financiers internationaux (les Warburg d'Hambourg, les Jacob Schiff de New York, les Rothschild de Paris, les Montefiore à Londres) qui vont soutenir la révolution marxiste.

Les intellectuels juifs en Russie  ont finalement bien réussi à se faire passer pour des victimes alors qu'ils infiltraient les différentes sphères du pouvoir financier et médiatique et complotaient contre le Tsar. En clair, on peut dire que la nation juive  s'est si bien installée dans la nation russe qu'elle l'a faite imploser. La révolution bolchevique n'est que l'aboutissement des menées subversives et antinationales dirigées par l'intelligentsia russo-juive.

S'il n'y a qu' une seule chose à retenir du livre de Soljenytsine; c'est la nécessite d'exposer les faits, de dire la vérité afin que sa distorsion n'induise pas de façon réactionnelle des excès dans le sens opposé.
Dans son entrée en matière, A.S appelle " les deux parties -russe et juive- à chercher patiemment à se comprendre, à reconnaitre chacun sa part de péché car il est si facile de s'en détourner. J'ose espérer que ce livre ne sera pas accueilli par l'ire des fanatiques et des extrémistes."

Merci à Z. R

Commenter cet article

ZR 02/06/2009 17:21

les russes ont essayé avec plus ou moins de bonheur de faire "avec" leurs juifsqui étiane de plus en plus nombreux et libres  (comparés aux lillions de peysans serfs ...)Les tsars et leur gouvernement  ont donné des terres (les juifs ne travaillaient pas la terre) ils ont voulu en faire des soldats (les juifs refusaient la carrière des armes et se défilaient pour ne pas avoir a faire le service militaire) ils leur ont donc réservé un accèsq failité aux étdes  cela tombaient bien  les juifs voulaient vendre de la vodka et accéder aux professions libérales ... ce qu'ils ont fait ....    avec leurs intellectuels ils ont préparé la révolution et meme participé largement à la création de l'état soviétique mais avec l'autre malade de Staline ils ont fini par se faire avoir et ont émigré en grand nombre aux States et en Israëlcela dit ...  lisez donc le livre c'est très instructif ....

Simon 31/05/2009 23:12

Z.R est un ami qui m'a prété le bouquin et donc a eu la gentillesse de me le faire connaitre. La thèse de A.S consiste à dire en résumé que ce sont bien les juifs qui ont refusé leur assimilation. Quant aux pogroms, ils sont repris en détails par A.S et la vérité apparait beaucoup plus complexe que ce que l'on veut bien croire. ( Ainsi le pogrom de Gomel a été plutôt un pogrom antichrétien)

Western Warrior 31/05/2009 20:40

Très interessant, mais qui est Z.R.?Car sa recension en dit autant sur lui que sur AS. Nation russe, nation juive : pas de citoyen dont les uns seraient orthodoxes, les autres juifs.Vu comme ça, les juifs avaient effectivement intérêt à détruire l'état tsariste qui les progrommait régulièrement. C'est la justification du Sionisme, ce bouquin!Ces russes auront payé de 70 ans de terreur communiste leur anti-sémitisme. (Mais ils savaient trouver de l'alcool sans les juifs...).Je le lirai sans doute, ne serait-ce que pour voir si c'est bien cette théorie qui est défendue par AS.