Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

La triple peine des subventions européennes

20 Juin 2009, 07:52am

Publié par Grégoire


La triple peine des subventions européennes à l'agriculture et la pêche:

On pourrait croire que les  primes européennes constituent une aubaine pour nos agriculteurs et nos  pêcheurs. Or il n'en est rien à bien regarder ce qui nous est servi ces derniers jours dans les journaux et sur le mensonge d'Etat qui entoure les tractations .

Etonnement, la réduction des primes a des conséquences plus dures que leur mise en place et leur révision.

On sait tous depuis les bancs de l'école que les subventions européennes avaient pour but de soutenir la production agricole et d'assurer l'indépendance alimentaire de l'europe après la deuxième guerre mondiale.

Le succès de cette politique, marqué par nombre de transformations et une croissance de la production et de la productivité n'est plus à démontrer et il n'est qu' à voir le nombre de plus en plus restreint d'agriculteurs pour s'en convaincre.

Mais peu à peu, des difficultés sont survenues ; en particulier dans la gestion de la production globale agricole : souvenons nous  des fameux stocks de beurre ou des excédents de viande de porc. Ceci a entrainé les premiers effets d'aubaine du coté des agriculteurs ! De même le jeu a peu à peu consisté pour certains agriculteurs à capter le maximum de subventions. Les plus petits ont été contraints de céder aux offres de rachat des plus gros ....qui ont continué de grossir.

A ce stade, les choses étant déjà largement engagées, le jeu est devenu  profitable aux agriculteurs et aux grandes surfaces qui pouvaient négocier sur le dos du consommateur sans que l'agriculteur soit pénalisé car les marges de manoeuvre en terme d'extension de terres étaient encore possibles.

Le consommateur payait deux fois : une fois avec ses impôts et une fois à la caisse mais avec des prix en baisse et donc cela était moins douloureux en apparence.

La vraie difficulté vient alors avec le début des difficultés  du  rachat des petites propriétés par les plus gros.La restructuration du territoire est terminée et les grands propriétaires agissant dans le cadre du puissant lobby continue de faire pression pour que les subventions arrivent et ce sont les interminables nuits de négociation dont tout le monde  se souvient !

La justification de tout cela vient alors du jeu des banques qui gèrent le crêdit d'équipement aux agriculteurs obligés d'investir pour améliorer leur productivité ! Les prix grimpent sans que les grandes surfaces ne cherchent à limiter leurs marges car le pouvoir d'achat augmente et les hausses artificielles de prix à la production sont entièrement répercutées aux consommateurs !

L'analyse faite alors par les responsables européens débouche sur l'idée que les subventions contribuent au maintient de prix à la consommation trop élevés et la bataille s'engage de part et d'autre pour un maintient des subventions, le consommateur étant une nouvelle fois roulé....dans la farine.

Les subventions, loin de réduire les inégalités et de favoriser le consommateur vont produire un nouvel effet pervers en raison de l'orientation de la politique générale agricole visant à faciliter l'entrée sur le marché de productions des pays du sud de l'europe. Le differentiel de prix avec les pays européens subventionnés est en faveur des nouveaux arrivants mais tire quand même les prix vers le bas !

Le jeu des grandes surfaces peut continuer de fonctionner à plein car desormais, il y a un verrou de sécurité pervers avec la concurrence prônée par l'europe.

Le consommateur est alors totalement piègé et ne peut plus trouver des produits bon marché que d'importation ou va devoir payer cher des produits de qualité.

La mode écolo ne va faire que venir compléter la manoeuvre tacite entre distribution et pêcheurs par exemple.  Il devient en effet plus simple de laisser les pêcheurs espagnols venir puiser dans les bancs de poissons au large des côtes francaises . Cela permet de  drainer ainsi un peu de la mane crée par l'augmentation des prix au consommateur à qui on fait avaler les hausses de prix pour des raisons de protection de l'environnement . dans le même temps, on essaye d'acheter la paix sociale en aidant au déchirage de notre flotte de pêche. Les subventions créant un differentiel de prix non plus en faveur des travailleurs de la mer nationaux mais bien en faveur des travailleurs du sud !

Le phénomenal tour de passe-passe des subventions arrange finalement tout le monde et il serait trompeur de croire que l'un quelconque des acteur de ce jeu en souhaite la fin:

-les agriculteurs , en particulier les plus petits ne peuvent s'en sortir qu'avec les aides, les plus gros détiennent une arme redoutable en terme de TVA, capacité d'embauche et d'investissements
- les grands distributeurs en font une nécessité absolue pour le maintien des prix à la consommation et secrètement comme moyen de pression sur le gouvernement car le risque serait une diversification des approvisionnement vers les pays à faible coût de production au détriment des nationaux. Tout cela est favorable à la croissance de leurs marges qui pour être faibles ne peuvent l'être jamais autant qu'avec la certitude qu'a  l'agriculteur de se "refaire" avec les aides.
- L'Etat, lui a tout à perdre et trouve sa justification auprès des uns et des autres dans la gestion de la seule chose encore à sa portée qu'est la distribution des aides moyennant de bons résultats électoraux.

Ainsi le piège est bien refermé sur les consommateurs condamnés à payer sans avoir l'espoir de voir baisser les prix.

Français on vous ment mais vous aimez ça ! Bonnes vacances !

Commenter cet article