Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Un héros présentable

10 Février 2010, 09:11am

Publié par Simon Duplessis

Les juifs ont beaucoup souffert du nazisme; c'est si bien vrai qu'il nous semble que l'histoire de la deuxième guerre mondiale  leur a toujours appartenu.  A l'école déja,  la lecture du journal d'Anne Frank,, qui nous était proposée par l'éducation nationale, nous assurait de cette exclusivité juive dans le malheur et la persécution.
On était  donc heureusement surpris de voir sortir sur les écrans un film comme Walkyrie (que je viens seulement  de voir). Ce  film  réalisé par le juif homosexuel Bryan Singer raconte la tentative d'assassinat d'Hitler par le  colonel Claus Schenk Von Stauffenberg.  La geste de cet  aristocrate catholique était passée presque totalement aux oubliettes pendant des décennies. Si  certains comme BHL en ont parlé, c'était surtout pour  évoquer le  héros ambigu, un zest antisémite, rentré sur le tard dans la résistance.
Si ceux là dénoncent  l'engouement du peuple allemand pour Hitler à ses  débuts, ils ne diront jamais le rôle des Warbourg et de l'IG Farben dans le financement du NSDAP ni que le traité de Versailles en écrasant l'Allemagne du poids des réparations  a généré le national socialisme.
Alors, Bryan Singer a t-il voulu faire entrer Stauffenberg dans le panthéon de la résistance contre Hitler ? Oui, sans doute, mais sutout pas en tant que catholique et fils de la vieille Allemagne.
On peut s'en apercevoir à quelques détails ; le colonel Von Stauffenberg devient dans le film  le colonel Stauffenberg . Pourquoi retirer sa particule au descendant d'August Von Gneisenau ?
Aucune  scène ne met non plus en évidence sa foi chrétienne qui est pourtant  le moteur essentiel de son action. Ce serait, en fait, en voyant le calvaire des juifs qu'il aurait pris sa résolution. Le clou du film reste cependant  le plan fixe sur l'oeil de verre: allégorie qui est pourrait être divine mais qui à mon sens fait  plutôt maçonnique .
Au total, Bryan Singer nous montre dans Wakyrie un Stauffenberg un peu désincarné , presque enjuivé. Il n' y a que de cette façon que Stauffenberg a pu devenir un héros présentable. 

     

Commenter cet article

Simon 15/02/2010 08:50


Merci pour la leçon de français ! Néammoins je persiste à  penser que l'on doit dire "Stauffenberg " en s'adressant à lui, mais pour le présenter on doit dire  "claus  von
Stauffenverg" et non pas "Claus Stauffenberg".
Quant à votre église, en ruine, elle est plus dans le film un lieu de rendez vous qu'un lieu de prière ! Mais, il est vrai que l'on n'a pas vu le même film.


Helmut 11/02/2010 21:47


Cher Simon, on n'a pas dû voir le même film.
Celui que j'ai vu montre Stauffenberg prendre sa décision dans une église, devant un imense crucifix.
Je dis Stauffenberg, parce que si vous aviez une particule, je vous appelerais "Le Plessis" ou "M du Plessis", et jamais "du Plessis". (mais si votre nom n'avait qu'une seule syllabe, j'aurais bien
entendu gardé la particule).
Ce qu'a fait Stauffenberg est bien, mais s'il était vraiment catholique, il aurait lu l'encyclique "von brennender Sorge" de 1938, et aurait compris avant 43 qu'il y a avit un vrai problème. Je ne
le condamne pas, au contraire, parce qu'on a besoin des ouvriers de la 11ème heure, mais enfin, ça aurait été plus simple de de débarrasser de M Hitler en 30.
C'est un film américain, avec leur inculture innée... Un film fait pour faire du fric, avec Tom cruise, qui n'en a pas besoin avec ses revenus de la Scientologie. Pas besoin d'accuser les juifs ou
les Francs-mac : la Scientologie, vous pouvez y aller sans crainte.
Pas besoin d'enc... les mouches, comme dirait Chouan.


Chouan très récalcitrant 11/02/2010 16:29


J'ai un scénario original à proposer à Bâchel : "Ces juifs de France qui ont collaboré" de Jean-Claude Valla. Il y aurait un rôle pour le Dr Abraham Drücker (père de Michel amuseur télévisuel et
dyptérosodopathe), collaborateur des SS à Nice pour traquer les vrais juifs. BHL pourrait évoquer aussi le rôle bizarre de l'U.G.I.F. (Union Générale des Israélites de France) et celui du préfet du
camp de Drancy, Oscar Reich, seul juif à être guillotiné à la libération !
On trouvera bien des Richard Berry, Vincent Lindon ou autre Benguigui pour tenir les rôles titres !