Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Les banques contre la reprise

20 Mars 2010, 07:07am

Publié par Prospectiviste

Le scandale des banques continue.
 
La BCE, comme cela est bien expliqué dans la video ci-jointe, a injecté des liquidités en masse pour sortir l'Europe de la crise tout comme elle a baissé ses taux d'intérêt pour éviter le blocage du crêdit interbanquaire et cela afin de maintenir l'activité et la consommation.
 
 On sait depuis ce qui se passe : la banques, qui pourtant bénéficient de liquidités, sont frileuses, se méfient et n'acceptent pas de se préter entre elles. En effet, et contrairement à ce qui nous avait été annoncé, les actifs pourris n'ont pas disparu et ressurgissent de temps en temps de par le monde, provoquant la paralysie des grands projets porteurs de relance et d'emplois donc de consommation et de croissance.
 
 Pour autant, l'Europe, très relativement protégée par l'Euro et qui pour l'occasion a renoncé à sa politique de rigueur et grâce à l'aide de la BCE contrainte de baisser ses taux aurait du voir ses banques, sauvées de fait, participer à la relance. Mais, s'il y a bien de la méfiance entre les banques, c'est surtout la faible rentabilité des prêts qui est en cause car les banques croûlant sous les liquidités ne voient aucun intérêt à préter à des taux faibles aux entreprises et aux particuliers.
 
 L'annonce du changement de la politique  de la BCE  pour des taux d'interêt faibles pourrait être une bonne nouvelle mais elle ne l'est que pour les banques qui après avoir tiré leur épingle du jeu ont resseré les conditions des prêts et durci leur politique par la forfaitisation de certaines opérations, le refus et la "pénalisation" de découverts, etc,  etc habituant peu à peu les clients à des conditions drastiques en vue de la reprise. Elles réalisent ainsi sans risque une augmentation de leur résultats en agissant égoïstement et au détriment des particuliers, petits çommerçants, artisans, pme et entreprises plus importantes qui restent les réels vecteur d'une économie saine et dynamique.
 
 La bonne opération pour les banques n'est certes pas terminée car avec la remontée des taux d'intérêts il est certain que les banques achetant plus cher leur argent répercuteront sur le client les effets de cette hausse, retardant d'autant la reprise.
 
  La présence de liquidités importantes en attente de s'investir risque donc d'entrainer un phénomène bien connu et redouté de stagflation : inflation et faible croissance tant redouté par nos politiques car de réputation fâcheuse.
 
 Ainsi, l'économie se venge car le système monétaire européen, créé pour garantir stabilité et croissance, régulation des a-coups, nous ramène à des réalités plus prosaïques.
 
 L'inflation est nécessaire pour maintenir une croissance selon le modèle économique capitaliste tel qu'il existe sous nos cieux bénis et ce n'est pas la main visible de la BCE, des politiques et des banquiers qui peut s'y opposer !
 

Commenter cet article