Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclairage

Ségrégation mémorielle

7 Mars 2010, 20:38pm

Publié par Simon Duplessis

La grande soirée de la rafle aura lieu le 10 mars avec les dignes représentants de la communauté juive, appartenant au show biz ou au monde politique. Déja, on apprend - et on en est rassuré - que tous les les français n'étaient pas des collabos et qu'ils existaient tout de même quelques bons français appelés "justes". Encore une fois,  dans les extraits du film "la rafle",  aucun cliché ne nous est épargné : ce "salaud de Pétain ", l'adjudant de gendarmerie qui frappe les petits juifs et la grosse plaisanterie sur le titanic *. Bien entendu tout ce qui est raconté dans le film est vrai puisque le héros, le juif Weissman, est toujours vivant et qu' on aurait aucune raison de ne pas le croire.


 Tout cela est abominable et il serait indécent (et pénalement répréhensible) de remettre en cause les souffrances du peuple juif pendant la 2° guerre mondiale.
Cela dit,  "la rafle" est le enième long métrage sur les juifs et la 2° guerre mondiale. On n'en veut plus !!!  En revanche, et ce qui est troublant, c'est de constater qu'un excellent film comme Katyn, qui parle plutôt des exactions dirigées contre une nation catholique,  est immédiatement boycotté dès sa sortie.

kling.jpgUn jour, il  serait bien,  également, pour changer, que l'on nous parle des crimes juifs, .
Anne Kling dans son livre , révoluonnaires juifs
, nous présente une galerie de quelque soixante-douze portraits souvent terrifiants, des principaux acteurs – hommes et femmes - de la révolution bolchevique de 1917 en Russie.
Tous eurent d’importantes responsabilités et jouèrent un rôle, souvent majeur, dans l’instauration d’un régime inhumain qui mit à genoux les peuples qu’il parvint à tenir dans ses griffes. On y découvre les banquiers américain et suédois Jacob Schiff et Olaf Aschberg, qui financèrent les bolcheviks; Trotski, Zinoviev et Kamenev, qui finirent assassinés sur ordre de Staline, car la Révolution dévore ses enfants, ce qui n’est pas le moindre de ses charmes… ; Kaganovitch, le Eichmann soviétique qui supervisa l’Holodomor, la grande famine orchestrée par le pouvoir, qui fit au moins six millions de victimes, dont deux millions d’enfants… Sans oublier Iagoda, que le journaliste israélien Sever Plocher qualifiait récemment, dans un article intitulé Les Juifs de Staline, de « plus grand meurtrier juif du XXème siècle » ; ou Jacob Agranov, qui avait pour slogan : « S’il n’y a pas d’ennemis, il faut en créer, les dénoncer et les punir ». Anne Kling évoque aussi le Mengele bolchevique, Gregori Moissevitch Maïranovski qui fut chargé de mettre au point un poison mortel ne laissant aucune trace, et pratiqua de nombreuses expérimentations sur des cobayes humains. Ainsi qu’un autre personnage digne d’entrer dans l’histoire pour son invention en 1937, des chambres à gaz « ambulantes » : Isaï Davidovitch Berg. Et tant d’autres, et non des moindres. Sans oublier un certain nombre de femmes qui n’eurent rien à envier à leurs homologues masculins.


Pour quand le film avec Gad El Maleh dans le rôle de Jagoda ?

Commenter cet article