Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Eclairage

Articles avec #economie

Le "Las Vegas" mondial

5 Septembre 2011, 06:22am

Publié par Simon Duplessis

 

Casino Financier from ATTAC.TV on Vimeo.

merci à AS

Voir les commentaires

Sortir de l'euro, sortir de l' OTAN

27 Avril 2011, 08:33am

Publié par Simon Duplessis

Pour Olivier Pastré, qui se croit obligé d'adopter un ton fielleux et condescendant dans la tribune du Figaro,  MLP est non seulement raciste et xenophobe mais surtout présente le défaut rédhibitoire d'être complétement nulle en économie. Ce n'est pas la spécialité de l'avocate, il est vrai,  mais c'est oublier un peu vite, que le FN s'entoure des conseils de personnalités reconnues du milieu universitaire et que sa doctrine économique s'appuit en  grande partie sur les travaux de Maurice Allais, prix nobel d'économie - excusez du peu.

Le professeur de Paris VIII, explique que sortir de l'euro est une crétinerie absolue en raison de l' augmentation du coût des exportations et celle du poids de  la dette résultant de la dévaluation du franc qui s'ensuivrait.

Je l'invite à lire l'article de Jean-Jacques Rosa, qui ne peut pas être soupçonné d'incompétence en la matière. Celui-ci indique pourquoi il faut absolument sortir de l'euro et comment le faire.

Au delà des querelles techniques, il faut se rendre compte que les uns cherchent des solutions pour sortir la France de la spirale infernale de l'endettement et de la désindustrialisation; pour les autres, il s'agit  ni plus ni moins que de livrer son économie à la cupidité des financiers internationaux.

L'endettement est le prétexte fallacieux des mondialistes pour rester dans la zone euro comme le terrorisme l' est  pour se maintenir dans l'Otan.

 

 

 

 

 

 

Marine Le Pen : abolir la loi scélérate Pompidou-Rothschild

Voir les commentaires

Les banques contre la reprise

20 Mars 2010, 07:07am

Publié par Prospectiviste

Le scandale des banques continue.
 
La BCE, comme cela est bien expliqué dans la video ci-jointe, a injecté des liquidités en masse pour sortir l'Europe de la crise tout comme elle a baissé ses taux d'intérêt pour éviter le blocage du crêdit interbanquaire et cela afin de maintenir l'activité et la consommation.
 
 On sait depuis ce qui se passe : la banques, qui pourtant bénéficient de liquidités, sont frileuses, se méfient et n'acceptent pas de se préter entre elles. En effet, et contrairement à ce qui nous avait été annoncé, les actifs pourris n'ont pas disparu et ressurgissent de temps en temps de par le monde, provoquant la paralysie des grands projets porteurs de relance et d'emplois donc de consommation et de croissance.
 
 Pour autant, l'Europe, très relativement protégée par l'Euro et qui pour l'occasion a renoncé à sa politique de rigueur et grâce à l'aide de la BCE contrainte de baisser ses taux aurait du voir ses banques, sauvées de fait, participer à la relance. Mais, s'il y a bien de la méfiance entre les banques, c'est surtout la faible rentabilité des prêts qui est en cause car les banques croûlant sous les liquidités ne voient aucun intérêt à préter à des taux faibles aux entreprises et aux particuliers.
 
 L'annonce du changement de la politique  de la BCE  pour des taux d'interêt faibles pourrait être une bonne nouvelle mais elle ne l'est que pour les banques qui après avoir tiré leur épingle du jeu ont resseré les conditions des prêts et durci leur politique par la forfaitisation de certaines opérations, le refus et la "pénalisation" de découverts, etc,  etc habituant peu à peu les clients à des conditions drastiques en vue de la reprise. Elles réalisent ainsi sans risque une augmentation de leur résultats en agissant égoïstement et au détriment des particuliers, petits çommerçants, artisans, pme et entreprises plus importantes qui restent les réels vecteur d'une économie saine et dynamique.
 
 La bonne opération pour les banques n'est certes pas terminée car avec la remontée des taux d'intérêts il est certain que les banques achetant plus cher leur argent répercuteront sur le client les effets de cette hausse, retardant d'autant la reprise.
 
  La présence de liquidités importantes en attente de s'investir risque donc d'entrainer un phénomène bien connu et redouté de stagflation : inflation et faible croissance tant redouté par nos politiques car de réputation fâcheuse.
 
 Ainsi, l'économie se venge car le système monétaire européen, créé pour garantir stabilité et croissance, régulation des a-coups, nous ramène à des réalités plus prosaïques.
 
 L'inflation est nécessaire pour maintenir une croissance selon le modèle économique capitaliste tel qu'il existe sous nos cieux bénis et ce n'est pas la main visible de la BCE, des politiques et des banquiers qui peut s'y opposer !
 

Voir les commentaires

Crise économique: c'est reparti !

19 Février 2010, 18:20pm

Publié par Simon Duplessis

http://info-wars.org/wp-content/uploads/2009/07/goldman-sachs.jpgNous assistons à la deuxième phase du désordre planétaire planifié. Après la crise financière qui a vu les gouvernements occidentaux renflouer le système bancaire, voici venir la crise économique. Il y a fort à penser que, cette fois-ci, les grosses banques en remerciement, s'attaquent aux économies nationales.

Selon l'hebdomadaire allemand "der Spiegel", la banque Goldman -Sachs aurait aidé la Grèce à camoufler son énorme endettement par l'intermédiaire d'un "swap", manoeuvre tenant  à faire passer un prêt pour un simple échange de devises. Cet échange se faisant  à un taux modifié,   le montant réel de l'emprunt n'apparait pas. Dans un deuxième temps la dite banque connaissant l'état réel de l'économie grecque  aurait spéculé contre elle. D'autres pays comme L'Italie dans les années 1990 auraient "bénéficié" du même traitement. Goldamn-Sachs a été accompagnée dans cette belle aventure par le hedge-fund de John Paulson.
Ce nom n'est pas inconnu.   Il faut se souvenir qu'après la crise des subprimes, la banque Goldman-Sachs a été renflouée grâce au plan Paulson ( Henry Paulson, secrétaire d'état au trésor). Il faut noter que ce même Paulson est un ancien directeur de cette même banque. Tout cela tient en effet d'un hasard prodigieux.

Rappelons aussi que la FED fait office de banque centrale étatsunienne mais est une société totalement privée composée de plusieurs banques américaines qui émettent donc le dollar et font payer cette "prestation" au gouvernement américain . Voila une superbe anarque constitué sur le dos du contribuable américain et ceci depuis une décision du président Wilson datant du début du siècle dernier.
La Réserve Fédérale Américaine qui contrôle de fait l'économie américaine, les émissions de dollars et les taux d'intérêts est donc ainsi composée des banques Rothschild, Lazard Frères, Israel Seiff , Kuhn-Loeb,
Warburg, Goldman and Sachs  et Rockefeller (Morgan et Chase Manhatan).

ig-farben.jpgAu passage, redisons le rôle bien établi maintenant des uns et des autres dans le financement du national socialisme et de la révolution bolchevique.
Il n'est pas délirant d'affirmer que les banquiers internationaux sont véritablement les tireurs de ficelle de la politique mondiale et ceci pour atteindre leur but final; le gouvernement mondial. Il y a tout lieu de croire que les conflits, les dépressions économiques du XIX°siècle n’étaient pas le fruit du hasard  mais le fruit d'une volonté machiavélique.
Il n' y a pas de complot véritable  car beaucoup de choses sont transparentes.  James Paul Warburg,  le disait très clairement 17 février 1950, au Conseil des Relations Internationales des États-Unis :
"Nous aurons un gouvernement mondial, qu’on le veuille ou non. Reste à savoir si le gouvernement mondial sera établi par consentement ou par conquête."

Il reste à savoir ce que les banquiers  manigancent aujourd'hui  contre l'euro et l'Europe  en dehors du fait de spéculer. Il est difficile de le dire mais schématiquement selon le prinicipe "Ordo ab chao",  il faut détruire ce qui ne va pas dans le bon sens pour reconstruire un ordre nouveau. Il faut en l'occurence détruire l'économie grceque pour mieux la vassaliser. A terme, pourquoi ne pas imaginer que l'ordre nouveau serait  la formation d'un bloc euro-atlantique (Europe +USA), prémice du gouvernement mondial  avec une économie unifiée dirigée par la FED , ?
Notons que la BCE, la Banque Centrale Européenne, est indirectement aux ordres des banksters par le biais du groupe Bilderberg auquel
 appartiennent
Jean-Claude Trichet (président de la BCE), Wim Duisenberg (ancien président du directoire la BCE, ancien président de la De Nederlandsche Bank), Otmar Issing (membre du directoire), Tommaso Padoa-Schioppa (membre du comité exécutif)

Jean Luc Mélenchon a révélé le projet d'un grand marché transatlantique dérégulé, sans droits de douane et sans barrières à la circulation des capitaux et des marchandises", voté par le Parlement européen, il y a quelques mois, dans la plus grande discrétion. "Nous sommes entraînés, à la date de 2015, dit-il, dans une aventure où nous ne formerons plus qu’un ensemble économique et social avec les Etats-Unis, et personne n’en parle une seconde où que ce soit".

On vous le dit : bientôt, les populations seront tellement dans la misère, qu'ils le réclameront , ce gouvernement mondial !

Voir les commentaires

La vaccination bientôt obligatoire ?

29 Octobre 2009, 10:42am

Publié par Simon Duplessis

La CNIL ne s'oppose pas à ce que les personnels de santé qui refusent de se faire vacciner contre le virus de la grippe A soient fichés.

http://www.cnil.fr/la-cnil/actu-cnil/article/article/12/lutte-contre-la-grippe-ah1n1-tout-ce-que-vous-devez-savoir-sur-la-campagne-de-vaccination/

Malgré les pressions diverses pour que les gens se fassent vacciner, cette campagne de vaccination est en passe de devenir un  flop retentissant  qui va coûter plus d' 1 milliard d'euros à la collectivité.
Ceci s'ajoute aux  dépenses somptuaires de la présidence française récemment montrés du doigt par la cour des comptes : un million d'euros pour un seul diner de chefs d'état !
On ne croirait pas que la France affiche un résultat de 60 milliards de deficit de sa balance commercial (100 milliards si on intègre le plan de relance) et cumule à ce jour un endettement égal à 73% de son PIB .

Voir les commentaires

La triple peine des subventions européennes

20 Juin 2009, 07:52am

Publié par Grégoire


La triple peine des subventions européennes à l'agriculture et la pêche:

On pourrait croire que les  primes européennes constituent une aubaine pour nos agriculteurs et nos  pêcheurs. Or il n'en est rien à bien regarder ce qui nous est servi ces derniers jours dans les journaux et sur le mensonge d'Etat qui entoure les tractations .

Etonnement, la réduction des primes a des conséquences plus dures que leur mise en place et leur révision.

On sait tous depuis les bancs de l'école que les subventions européennes avaient pour but de soutenir la production agricole et d'assurer l'indépendance alimentaire de l'europe après la deuxième guerre mondiale.

Le succès de cette politique, marqué par nombre de transformations et une croissance de la production et de la productivité n'est plus à démontrer et il n'est qu' à voir le nombre de plus en plus restreint d'agriculteurs pour s'en convaincre.

Mais peu à peu, des difficultés sont survenues ; en particulier dans la gestion de la production globale agricole : souvenons nous  des fameux stocks de beurre ou des excédents de viande de porc. Ceci a entrainé les premiers effets d'aubaine du coté des agriculteurs ! De même le jeu a peu à peu consisté pour certains agriculteurs à capter le maximum de subventions. Les plus petits ont été contraints de céder aux offres de rachat des plus gros ....qui ont continué de grossir.

A ce stade, les choses étant déjà largement engagées, le jeu est devenu  profitable aux agriculteurs et aux grandes surfaces qui pouvaient négocier sur le dos du consommateur sans que l'agriculteur soit pénalisé car les marges de manoeuvre en terme d'extension de terres étaient encore possibles.

Le consommateur payait deux fois : une fois avec ses impôts et une fois à la caisse mais avec des prix en baisse et donc cela était moins douloureux en apparence.

La vraie difficulté vient alors avec le début des difficultés  du  rachat des petites propriétés par les plus gros.La restructuration du territoire est terminée et les grands propriétaires agissant dans le cadre du puissant lobby continue de faire pression pour que les subventions arrivent et ce sont les interminables nuits de négociation dont tout le monde  se souvient !

La justification de tout cela vient alors du jeu des banques qui gèrent le crêdit d'équipement aux agriculteurs obligés d'investir pour améliorer leur productivité ! Les prix grimpent sans que les grandes surfaces ne cherchent à limiter leurs marges car le pouvoir d'achat augmente et les hausses artificielles de prix à la production sont entièrement répercutées aux consommateurs !

L'analyse faite alors par les responsables européens débouche sur l'idée que les subventions contribuent au maintient de prix à la consommation trop élevés et la bataille s'engage de part et d'autre pour un maintient des subventions, le consommateur étant une nouvelle fois roulé....dans la farine.

Les subventions, loin de réduire les inégalités et de favoriser le consommateur vont produire un nouvel effet pervers en raison de l'orientation de la politique générale agricole visant à faciliter l'entrée sur le marché de productions des pays du sud de l'europe. Le differentiel de prix avec les pays européens subventionnés est en faveur des nouveaux arrivants mais tire quand même les prix vers le bas !

Le jeu des grandes surfaces peut continuer de fonctionner à plein car desormais, il y a un verrou de sécurité pervers avec la concurrence prônée par l'europe.

Le consommateur est alors totalement piègé et ne peut plus trouver des produits bon marché que d'importation ou va devoir payer cher des produits de qualité.

La mode écolo ne va faire que venir compléter la manoeuvre tacite entre distribution et pêcheurs par exemple.  Il devient en effet plus simple de laisser les pêcheurs espagnols venir puiser dans les bancs de poissons au large des côtes francaises . Cela permet de  drainer ainsi un peu de la mane crée par l'augmentation des prix au consommateur à qui on fait avaler les hausses de prix pour des raisons de protection de l'environnement . dans le même temps, on essaye d'acheter la paix sociale en aidant au déchirage de notre flotte de pêche. Les subventions créant un differentiel de prix non plus en faveur des travailleurs de la mer nationaux mais bien en faveur des travailleurs du sud !

Le phénomenal tour de passe-passe des subventions arrange finalement tout le monde et il serait trompeur de croire que l'un quelconque des acteur de ce jeu en souhaite la fin:

-les agriculteurs , en particulier les plus petits ne peuvent s'en sortir qu'avec les aides, les plus gros détiennent une arme redoutable en terme de TVA, capacité d'embauche et d'investissements
- les grands distributeurs en font une nécessité absolue pour le maintien des prix à la consommation et secrètement comme moyen de pression sur le gouvernement car le risque serait une diversification des approvisionnement vers les pays à faible coût de production au détriment des nationaux. Tout cela est favorable à la croissance de leurs marges qui pour être faibles ne peuvent l'être jamais autant qu'avec la certitude qu'a  l'agriculteur de se "refaire" avec les aides.
- L'Etat, lui a tout à perdre et trouve sa justification auprès des uns et des autres dans la gestion de la seule chose encore à sa portée qu'est la distribution des aides moyennant de bons résultats électoraux.

Ainsi le piège est bien refermé sur les consommateurs condamnés à payer sans avoir l'espoir de voir baisser les prix.

Français on vous ment mais vous aimez ça ! Bonnes vacances !

Voir les commentaires

La crise financière programmée et planifiée

18 Mars 2009, 08:37am

Publié par Simon Duplessis

  • La lettre d´Informations Economiques Géopolitiques et Stratégiques Internationales L.I.E.S.I. confirme que la crise financière a été programmée.

    Au cours de l’été 2008, une réunion ultra-secrète des membres du cartel bancaire, constituant les « Sages du Nouvel Ordre Mondial », a été organisée. Ses membres sont ensuite passés à l’action, dès septembre 2008, avec certains amis « choisis ». En tout, une cinquantaine de milliardaires ont ordonné le transfert électronique de capitaux inscrits sur des comptes bancaires de banques américaines5, vers des « endroits très sécurisés ». La somme colossale de 550 milliards de dollars fut retirée des banques américaines en une heure et demie.

     Autre point important : cette opération du « cartel bancaire » fut exécutée secrètement, sans prévenir les autorités de la Banque centrale américaine. La synchronisation de cette opération secrète confirme le fait que la crise déclenchée suit une programmation méthodique, dont les étapes se succèdent les unes aux autres jusqu’à un dénouement déjà fixé. La soudaineté de ces retraits massifs a, bien évidemment, provoqué une panique réelle dans les semaines qui suivirent. Maintenant, regardez l’évolution de toutes les places financières américaines et étrangères après le mois de septembre 2008 : ce fut une chute verticale…

    Les banques étaient à la recherche de liquidités et les gouvernements sont ensuite intervenus auprès des banques centrales.Cette opération secrète du cartel bancaire a, bien sûr,donné lieu à certaines conclusions. Ce groupe de.4milliardaires a montré qu’il avait la possibilité de choisir les banques qu’il veut voir tomber. C’est ainsi qu’ils ont provoqué un effondrement de la banque britannique Northern Rock, contraignant de fait la Banque d’Angleterre à une nationalisation.

     voir la suite de l'article >>>  http://www.denissto.eu/liesi.php?id=2

Voir les commentaires

Alternatives économiques

19 Février 2009, 19:04pm

Publié par Simon Duplessis

Jean-Marie Le Pen, président du Front national (FN), a écrit à Nicolas Sarkozy pour lui proposer un "plan d'urgence anti-crise", destiné à éviter "une sorte d'effet Madoff planétaire". C'est "dans l'intérêt supérieur de la France, dans un esprit d'abnégation total que je contribue à l'effort national, en vous proposant un plan d'urgence pour sauvegarder notre économie d'un chaos social inéluctable et de ses fléaux", écrit M. Le Pen.

 Pour lui, "le spectre de la faillite plane réellement sur les Etats occidentaux, les bilans des banques et des entreprises ainsi que sur les budgets des ménages". "C'est, en somme, une sorte d'effet Madoff planétaire qui, hélas, se dessine peu à peu!" Il rappelle avoir proposé, avant la présidence française de l'Union européenne, "la mise en oeuvre d'un nouveau système monétaire Euro-Or, découplé du système monétaire international actuellement fondé, de facto, sur un étalon-dollar de papier". "Il faut établir un ordre monétaire libre", insiste-t-il.

Il demande aussi à Nicolas Sarkozy "de faire sortir notre pays de l'impasse de la politique mondialiste, politique de suppression généralisée de nos frontières physiques, commerciales, migratoires et internationales appliquée depuis plus de 35 ans". Rejetant "la politique d'institutions antidémocratiques (FMI, Banque Mondiale et OMC)", il suggère, "dès avant le sommet du G20 (2 avril à Londres) de proposer à nos partenaires européens une politique de coopération intensive entre les nations souveraines".

source : boursorama

Voir les commentaires

Et si la crise financière était programmée ?

9 Février 2009, 22:15pm

Publié par Simon Duplessis


CREATION D'UNE CRISE FINANCIERE PUIS ECONOMIQUE POUR ETABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL   

1ère étape

 

Production mondiale stable avec croissance régulière. Rachat et fusion des grands groupes (1ère étape de la mondialisation) apparition de nouveaux géants économiques. Dans un même temps aux USA, autorisations en masse de crédits à taux progressifs, à une grande partie de population non viable. Population qui va fortement s'endetter, pour accéder à la propriété (1 ère étape de la mondialisation).

 

2ème étape

 

Augmentation de la production par les nouveaux géants économiques, pour innonder les marchés (en faisant croire à une forte demande des marchés asiatiques) afin de gonfler les stocks (2ème étape de la mondialisation) et pour faire croire dans un deuxième temps à des surcapacités de production mondiale. L'augmentation de la production entraînera une forte demande d'énergie et un choc pétrolier passager. Dopage des marchés et hausse des prix (pour engranger les fonds nécessaires avant la dépression programmée). Début des faillites des ménages aux USA, créant des avoirs pourris, début des subprimes.

 

3ème'étape

 

Les avoirs pourris font plonger les résultats des banques. L'augmentation des stocks commence à faire chuter les cours. Réaction des marchés financiers face aux subprimes US et aux stocks surabondants. Dépression et effondrement des marchés. Faillites des banques. Rachats et fusions des banques avec l'argent public, affaiblissant un peu plus les états (3ème étape de la mondialisation). Création de la crise financière. Effondrement des valeurs boursières des grands groupes, les rendant vulnérables aux OPA (Offre Public d' Achat, 3ème étape de la mondialisation).

 

4ème étape

 

Médiatisation à outrance de la crise financière, pour imprégner les consciences qu'il y a récession économique. Fermeture en masse des unités de production les moins rentables, sans résistance des populations, car "c'est la crise". Rachat à bas prix et mondialisation des capacités de production, dans tous les domaines.Obtention des monopoles (4ème étape de la mondialisation). La constitution de stocks en amont permettra d'alimenter les marchés, pour ne pas risquer de voir repartir les prix à la hausse, avant d'avoir finalisé la 4ème étape. Augmentation du chômage et de la précarité par les fermetures en masse des usines. Création d'un climat de peur chez les populations mondiales, pour permettre une forte diminution des salaires et une remise à plat des avantages sociaux. Réformes voir suppressions à terme des couvertures sociales, des retraites, des services publiques de la santé, de l'éducation, etc. Tout cela sans trop de résistances, car « c'est la crise »

 

5ème et dernière étape  instituant le nouvel ordre mondial

 

Dans un premier temps, il pourrait y avoir des risques de soulèvements entre les pouvoirs poussant au nouvel ordre mondial et les populations de la planète qui n'en veulent pas. Si nécessaire, la révélation au grand public de l'existence de vies extraterrestres agressives, pourrait permettre de finaliser la militarisation de l'espace. Ce qui empêchera toutes interventions pacifiques (d'éventuelles forces supérieures) ou encore, permettra de tuer dans l'oeuf tous pays ou mouvements réfractaires. De fortes augmentations des prix, affaibliront les plus démunis et augmenteront les écarts entre les classes sociales. L'appauvrissement général diminuera la population mondiale par la récession, la famine et les maladies (tous continents confondus). L'utilisation de la technologie HAARP pourrait permettre d'amplifier les phénomènes naturels, afin de déclencher des catastrophes dites naturelles et accélérer la réduction des populations sur les continents. Le chaos général ainsi créé, permettant de faire passer les réformes. Des campagnes dites de vaccination pourront aussi permettre de réduire les populations sans faire de vagues. L' instauration d'un nouvel ordre mondial sera ainsi sournoisement instauré, sans contre pouvoirs dans les domaines de la finance, de l'énergie, des matières premières et de l'alimentation, mettant à genoux toute la planète. La mise en place de puces dans le corps de chaque individu permettra un fichage, pour ne garder que ceux utiles. Autrement dit. la vie telle que vous la connaissez aujourd'hui n'existera plus, vous serez devenu les objets du nouvel ordre mondial.

suite ... 

 www.conspiration.cc/politique/creation_de_la_crise_financiere.doc

Voir les commentaires

Boycott : les produits qui financent la guerre à Gaza

12 Janvier 2009, 23:35pm

Publié par Simon Duplessis

Boycott : les produits qui financent la guerre à Gaza

Mecanopolis, vendredi 09 janvier 2009 via le gentil

1174129-1516115.jpg?v=1231504114

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

Parmi les produits israéliens :

Carmel (fruits et légumes)
Jaffa (fruits et légumes)
Kedem (avocats)
Coral (Cerises)
Top (fruits et légumes)
Beigel (biscuits apéritifs)
Hasat (agrumes)
Sabra (repas complets)
Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés)
Dagir (conserves de poissons)
Holyland (miel, herbes)
Amba (conserves)
Green Valley (vin)
Tivall (produits végétariens)
Agrofresh (concombres)
Jordan Valley (dattes)
Dana (tomates cerises)
Epilady (appareils d’épilation)
Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

Les produits des entreprises qui soutiennent l’Etat d’Israël (américaines ou européennes)

COCA-COLA - Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l’Etat d’Israël depuis 1966.

DANONE - Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d’investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.NESTLÉ - Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l’économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l’imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

INTEL - Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2 000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sionistes à ne pas toucher à la population. Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené INTEL à suspendre un projet d’investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l’usine Fab 18 de Kyriat Gat.

L’ORÉAL - Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa. L’Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l’Oréal « devenir un ami chaleureux de l’Etat d’Israël ».

ESTÉE LAUDER - Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger. Outre ses investissements, le directeur est le président d’une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

DELTA GALIL - Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C’est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria’s Secret, DKNY, Ralph Lauren.

LEVI STRAUSS JEANS ET CELIO (magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes) Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.

TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettes) - Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d’encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d’envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

DISNEYLAND - L’entreprise Disney n’a rien d’idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine. Elle approuve ainsi tacitement l’occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d’une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d’Israël, cela en violation des résolutions internationales de l’ONU.

NOKIA - Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l’Etat d’Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu’ Israël faisait partie des priorités de l’entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

MC DONALD’S - Entreprise emblématique de l’impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l’Etat israélien. McDonald’s dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l’entreprise figure parmi les heureux partenaires de l’organisation sioniste «Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l’aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

CATERPILLAR - (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) - Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C’est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) - Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans les territoires syriens occupés, dans le Golan.

Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

Autres produits : Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly-Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)

Cette liste est non exhaustive.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>